Vient de paraître : « Jésus-Christ, le Témoin » de l’abbé Georges Njila

Vient de paraître : « Jésus-Christ, le Témoin » de l’abbé Georges Njila

L’abbé Georges Njila Jibikilay, Recteur du Grand Séminaire Jean XXIII à Kinshasa, vient de publier un ouvrage intitulé «  Jésus-Christ, le Témoin.

Fête du livre et invitation à la lecture
Le Prix Makomi récompense 7 auteurs congolais
A la veille des élections de décembre 2018 en RDC, l’activiste Jonas Tshombela propose un vade mecum de la campagne électorale aux parties prenantes

Abbé Georges Njila

L’abbé Georges Njila Jibikilay, Recteur du Grand Séminaire Jean XXIII à Kinshasa, vient de publier un ouvrage intitulé «  Jésus-Christ, le Témoin. Critique et propositions pour le renouveau de la christologie des titres ».

Le livre est préfacé par Mgr Maurice Plevoets qui souligne que « ce livre s’inscrit dans le courant de la théologie africaine qui a eu son origine dans la Faculté de Théologie de Kinshasa et s’y est fort développée. Cette théologie fait une relecture de la révélation en prenant en compte la culture africaine ainsi que le contexte de l’Église en Afrique ».

Concentrant ses réflexions et travaux théologiques sur la figure du Christ, l’auteur attire l’attention sur le caractère de Témoin de Jésus-Christ qui a vécu dans le sein du Père et qui vient le révéler. « Nul ne connaît le Fils si ce n’est le Père, et nul ne connaît le Fils si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut bien le révéler ». Ces passages reviennent à maintes reprises dans la Bible.

L’ouvrage « Jésus-Christ, le Témoin » comporte trois parties. La première partie comprend deux chapitres. Le 1er chapitre constitue un rappel de grandes périodes de la christologie africaine ainsi que les grands axes depuis 1956 jusqu’à 2017. Le second fait une évaluation de cet héritage.

Dans la deuxième partie, l’auteur s’étend sur la critique de la christologie africaine des titres en portant, d’abord, un regard critique sur les principes et fait quelques observations pour relever un certain nombre de faiblesses de l’actuelle christologie africaine des titres et, ensuite, un regard critique sur le fonctionnement de la christologie nominative africaine, la signifiance et l’efficacité des noms et titres attribués à Jésus-Christ. Il n’a pas manqué de faire quelques observations ayant trait au danger auquel exposent les différents titres utilisés, notamment Ancêtre, Chef, Initiateur, Guérisseur, etc. Il souligne, toujours dans la deuxième partie, la nécessité pour le langage contextuel sur le mystère, qui s’avère indispensable, d’être ouvert.

Quelques propositions constituent l’essentiel de la troisième et dernière partie. La première est l’invitation à changer d’approche et de logique en réécoutant la question de Césarée de Philippe : non pas dans le sens de « que pouvez-vous dire de moi » ; mais plutôt dans le sens de : « d’après ce que je vous ai dit, qui suis-je ». La seconde proposition est relative à l’usage de la notion théologique de « Témoin » comme titre christologique qui essaye de dresser un profil plus satisfaisant d’un titre christologique avec certaines caractéristiques, comme celles de l’ouverture à la Trinité et la mise en valeur de la mission conjointe entre le Fils et l’Esprit Saint.

Ayant 175 pages, l’ouvrage « Jésus-Christ, le Témoin » de l’abbé Georges Njila se vend à 10$ et est disponible au Grand Séminaire Jean XXIII.

JR Bompolonga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :