Une réaction rapide onusienne apaise la tension au Kasaï et créé un environnement protecteur

Le Porte-parole militaire par intérim de la MONUSCO, le Commandant Adil Essherir a déclaré au cours de la conférence de presse de ce mercredi 7 févrie

Nord-Kivu : Les miliciens Maï-maï s’imposent à Mabuku-Kathembo à Beni pour juger des civils
Kinshasa : le mouvement  citoyen FARDC tient à l’arrestation de Mende sur l’affaire de diamant
La Tanzanie a extradé l’ex-colonel John Tshibangu vers Kinshasa où il va être présenté à la justice militaire

Le Porte-parole militaire par intérim de la MONUSCO, le Commandant Adil Essherir a déclaré au cours de la conférence de presse de ce mercredi 7 février 2018 que les principales informations de la semaine concernent la situation sécuritaire dans les provinces du Kasaï, de l’Ituri, et du Nord-Kivu.

 

Blindée onusienne au secours des civils congolais

Blindée onusienne au secours des civils congolais

Dans la province du Kasaï, lors des affrontements interethniques les 29 et 30 janvier 2018, le village de Kakenge (territoire de Mweka -127 km au nord de Kananga) a été le théâtre d’une série de pillages et incendies provoquant un déplacement de la population locale. Conformément au mandat de la protection des civils, un détachement d’intervention rapide de la MONUSCO a été déployé sur le site de l’incident le 1er février 2018 pour apaiser la situation et créer un environnement protecteur, propice au retour des déplacés, par la conduite d’opérations militaires conjuguées à des activités de sensibilisation et de rapprochement communautaires. Cette réaction rapide a été bénéfique et a permis d’apaiser les tensions.

La MONUSCO encourage la mise en œuvre des mesures de rapprochement communautaire en Ituri

L’officier onusien a ajouté que la Force de la MONUSCO poursuit, en liaison avec les autorités locales et provinciales, ses efforts visant à stabiliser cette partie de la province du Kasaï afin d’assurer une paix pérenne. Par ailleurs, suite aux incidents qui ont opposé certains membres des communautés Lendu et Hema dans les villages autour de Drodro et Blukwa, dans le territoire de Djugu (province de l’Ituri), la Force de la MONUSCO a mené des reconnaissances d’hélicoptère et a projeté des patrouilles robustes pour rassurer la population et parer à toute activité négative. Ces actions se poursuivront par d’autres déploiements dans les prochains jours. Parallèlement à cet effort militaire, la MONUSCO continue de soutenir et encourager la mise en œuvre des mesures de rapprochement communautaire et lutter contre toute tentative visant à fragiliser le tissu social dans cette zone. La Force de la MONUSCO demeure présente et active dans la province Nord-Kivu, et continue de s’engager auprès des populations, faciliter les activités humanitaires et soutenir les autorités nationales, provinciales et locales dans l’accomplissement de leurs missions régaliennes.

Patrouilles pédestres, motorisées et d’hélicoptères onusiennes maintiennent la pression sur les groupes négatifs  

 

Patrouille blindée onusienne

Patrouille blindée onusienne

Du 3 au 4 février 2018, a aussi précisé le commandant Adil Essherir, les troupes onusiennes ont mené une opération conjointe avec les Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC) contre les éléments réfractaires de l’Alliance des Patriotes pour un Congo Libre et Souverain (APCLS) dans la zone générale de Karton (4 km au nord de Kitshanga). Outre l’arrestation de sept cadres de l’APCLS, et la destruction complète de deux bases, cette opération a permis aussi l’extraction et l’évacuation de 12 civils, dont des femmes et des enfants. La Force de la MONUSCO continue de maintenir une forte pression sur les éléments négatifs, par un déploiement accru de patrouilles pédestres, motorisées et d’hélicoptères, de jour comme de nuit. Il est à noter que durant la période sous examen , dix-sept (17) combattants se sont rendus aux différentes bases de la MONUSCO, suite aux opérations militaires intensives et aux programmes de sensibilisation approfondies, menés par les troupes onusiennes auprès de la population civile et des leaders clés de la société afin d’encourager les éléments des groupes armés à déposer les armes et à rejoindre le processus DDR/RR. Le Commandant onusien Adil Essherir a conclu avec force : « Il y a lieu de répéter ici qu’il n’y a pas d’avenir dans la violence et que déposer les armes destinées à tuer des civils innocents est un acte qui honore celui qui fait ce choix ».

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :