Une bande d’escrocs sur les réseaux sociaux au nom de Mgr Muyengo

L’escroquerie étant devenue une monnaie courante à Kinshasa, des bandes d’escrocs opèrent depuis un certain temps sur les réseaux sociaux facebook, wh

La CENCO condamne l’enlèvement de l’Abbé Célestin NGANGO du Diocèse de Goma
La CENCO n’a enregistré aucune correspondance de NOGEC
Mgr Fridolin Ambongo: « Ma mission est d’être la lumière »

L’escroquerie étant devenue une monnaie courante à Kinshasa, des bandes d’escrocs opèrent depuis un certain temps sur les réseaux sociaux facebook, whatsapp, etc. Ces malfrats se font passer pour des ONG, des personnalités politiques et même religieuses. Cette fois, un groupe d’escrocs a décidé d’opérer au nom de Mgr Muyengo.

Reseaux-sociaux

Les Réseaux-sociaux

En créant un compte facebook au nom de Mgr Joseph Sébastien Muyengo, les malfrats essaient d’identifier des usagers de ce réseau social appartenant au groupe d’amis qui ont pour centre d’intérêt les activités de l’Église. Une fois qu’ils ont ciblé et qu’ils se sont informés sur la personne, ils envoient une demande d’amitié. Lorsque la cible accepte la demande, ils commencent leur opération.

A Kinshasa, madame Céline M, une professionnelle, victime d’une tentative d’escroquerie de l’un de ce fameux réseau, s’est confiée à la rédaction de DIA.

« J’avais accepté une demande d’amitié sur facebook au nom de Mgr Muyengo car je le connais particulièrement. Quelque temps après, j’ai reçu un message de salutation, ensuite un autre message me demandant si j’étais intéressée à prendre part à une conférence très intéressante au Canada sur « l’immunisation des Nations Unies sur le commerce et le développement » (CCINUCD). Mgr Muyengo ferait partie des intervenants de cette conférence », a déclaré Mme Céline.

La victime avoue que le thème même de la conférence lui a semblé incohérent. Comme elle avait confiance à « l’évêque », elle a voulu en savoir plus en envoyant un message demandant les détails sur la conférence : « C’est à ce moment que j’ai reçu un message précisant le coût d’inscription et du visa qui revenait à 375$ que je devrais envoyer à un compte via Westerunion. J’ai reçu aussi un numéro avec le code du Canada que je devrais contacter sur whatsapp pour recevoir le formulaire et autre information »

Comme elle avait trouvé l’offre intéressante, après avoir complété le formulaire et scanné le passeport qu’elle devait envoyer à la poste et à une adresse e-mail, Mme Céline a décidé d’en parler à son mari.

Contacté par l’agence DIA, le mari de Mme Céline a déclaré : « J’ai senti en moi un doute par rapport au thème de la conférence, mais le reste me sembler très logique et même avantageux. Pour en avoir le cœur net, j’ai envoyé plusieurs messages sur le prétendu compte facebook de Mgr Muyengo. Comme il ne répondait pas, j’ai demandé à l’interlocuteur de madame de Whatsapp de m’envoyer le numéro de Mgr car il était injoignable sur facebook. Il a effectivement envoyé le bon numéro. Après avoir envoyé un message demandant à confirmer l’offre, Mgr Muyengo m’a dit qu’il ignorait ladite conférence et a affirmé n’avoir jamais eu un compte facebook à son nom ».

Mme Céline a invité à la vigilance les usagers des réseaux sociaux pour éviter de tomber dans de tels pièges car dit elle « l’escroquerie se développe, désormais, à tous les niveaux. »

Prisca Materanya

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :