Un général onusien face au développement sécuritaire inquiétant à Uvira

Suite aux développements sécuritaires dans le territoire d’Uvira, le commandant adjoint de la Force de la MONUSCO, le général de division Bernard Comm

Visite du Haut-Commissaire pour les réfugiés en RDC en recherche de solutions concrètes
Pour un fort impact de la Doctrine sociale de l’Eglise en Afrique centrale
Le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés se déploie à Kamanyola

Suite aux développements sécuritaires dans le territoire d’Uvira, le commandant adjoint de la Force de la MONUSCO, le général de division Bernard Commins s’est rendu les 27 et 28 septembre 2017 dans la province du Sud-Kivu. L’officier général onusien s’est longuement entretenu avec les hautes autorités militaires onusiennes et congolaises sur les plans à mettre en œuvre pour assurer la protection des civils et combattre les actions néfastes des groupes armés.

Uvira port

Uvira port

« Ce déplacement, a déclaré Mme Marchal porte-parole de la Monusco, le mercredi 4 octobre 2017, a été aussi l’occasion d’inspecter les dispositifs de contrôle de zone installés aux alentours de la localité d’Uvira et élaborer les plans d’opérations à même de parer à cette tentative de déstabilisation dans la région et d’éviter l’escalade du conflit.

Des pertes importantes infligées aux rebelles par les forces onusiennes

Les troupes onusiennes continuent leurs opérations terrestres et aériennes, en liaison avec les Forces de Défense et de Sécurité congolaises, et ont repoussé le 28 septembre 2017, une attaque perpétrée par les éléments Mayi Mayi Yakutumba par voie lacustre à bord d’embarcations. Le commandant Adil Esserhir, porte-parole militaire onusien a confirmé qu’au cours de cet accrochage, trois (03) bateaux armés de mitrailleuses ont été détruits par les hélicoptères

Application de la tactique de la protection par la projection

Enfin, dans la continuité des efforts visant à assurer la protection par la projection, cette semaine a connu le déploiement de trois (03) bases opérationnelles temporaires à Bunyampuli (98km N/O de la COB Sake), Irangi (39 km N/O de Bunyakiri) et Tumayini (61 km ouest la COB HIMBI). Cette présence périodique, caractérisée par la conduite des patrouilles conjointes avec les acteurs sécuritaires locaux et l’engagement communautaire, vise à dissuader les groupes armés d’agir dans la zone et à rassurer la population civile de la présence de la MONUSCO.

La Monusco a envoyé par endroit des forces de réaction rapides pour faire face à toute éventualité. Donc suite à ces mesures prises, conjointement avec les FARDC, la Monusco a pu rétablir la liberté de mouvement dans l’axe Baraka-Uvira, et poussé les Mayi Mayi Yakutumba, les troupes onusiennes restent en liaison permanente et étroite avec les acteurs sécuritaires locaux et suivent de très près l’évolution de la situation pour voir de quelle manière apporter le soutien onusien pour agir.

Des faibles dégâts collatéraux

L’officier onusien a nuancé les inquiétudes loc ales. Uvira, la situation sécuritaire est inquiétante mais les conséquences humanitaires pour l’instant sont assez minimes, assez faibles. La Monusco possède quelques informations sur des mouvements de personnes, des centaines de personnes qui auraient bougé mais ça reste encore assez petit en terme de nombre. Une des grandes conséquences actuellement, c’est le fait qu’effectivement par rapport au choléra, cela peut empêcher, retarder les mouvements de certaines équipes qui sont en train de lutter contre le choléra.

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :