Triple arnaque des opérateurs économiques sur le chemin de Lufu

Triple arnaque des opérateurs économiques sur le chemin de Lufu

Des opérateurs économiques, constitués en grande partie des jeunes femmes débutantes dans les affaires et d'autres femmes d'âge mure plus aguerries so

Réfugiés congolais d’Angola subissent des exactions des officiels des deux pays
Trois demandes principales aux autorités publiques et aux entrepreneurs privés à l’Expobéton 2018
Angola : José Eduardo Dos Santos quitte officiellement la vie politique et cède la présidence du MPLA à son successeur

Des opérateurs économiques, constitués en grande partie des jeunes femmes débutantes dans les affaires et d’autres femmes d’âge mure plus aguerries sont en butte à une triple arnaque organisée dès le début du périple vers le poste frontière de Lufu au Kongo central avec l’Angola.

Lufu mercuriale

Lufu mercuriale

En compagnie de ces commerçantes dont la plupart opère sans documents attitrés, le professionnelde médias de l’agence Dia a vécu leur double nuitée sans sommeil entre Kinshasa et Lufu, en aller et retour, intercalée par une journée consacrée aux déambulations dans la cité frontalière pour effectuer des achats.

Arnaque aux sentiments religieux

Dés le départ du bus pour Lufu, des ‘pasteurs -évangélistes’ montent à bord pour proposer aux commerçantes un sermon leur garantissant un voyage placé sous la main de Dieu. Arrivés à l’arrêt du bus bien avant les passagers de Lufu, ils ont attendu patiemment le départ la nuit tombée vers 20heures 30. Les ‘pasteurs-roulant’ ont tenu à rassurer les commerçantes sur les résultats espérés de leur commerce. Ces ‘pasteurs-évangélistes’ vont jusqu’à clamer haut et fort les prochaines réussites des navetteuses. « Vous allez réussir dans vos affaires. Bientôt vous irez à Dubaï. Vous finirez par faire le commerce entre la Chine et la RDC » ont-ils déclaré sans s’embarrasser des circonlocutions.

Exploitant la peur étreignant chaque voyageur qui quitte son confort et qui a besoin d’être rassuré, les ‘pasteurs-évangélistes’ ont cité des versets biblique rassurants. Toutefois, ils ont insisté et plusieurs fois, lourdement insisté, sur les oboles à donner à Dieu, d’abord pour des orphelins encadrés par leurs groupes, ensuite pour des actions de grâce et enfin pour payer le transport de leur retour à Kinshasa. Leurs ouailles d’une soirée se sont exécutées bon gré mal gré. Les ‘pasteurs – évangélistes’ sont descendus au quartier Mitendi à la périphérie de Kinshasa abandonnant les voyageurs à leur sort. Pas dupe, Mme Brigitte, une des passagères, a rappelé que deux groupes de ces ‘pasteurs évangélistes, le jeudi 4 octobre 2018 en sont venus aux mains en public à la Place de l’UPN. Depuis, ils entrent discrètement dans les bus en partance pour Lufu pour éviter d’être interpellés. La compagnie Transco a interdit officiellement l’accès à ses bus aux ‘pasteurs errants’.

Arnaque de l’administration parallèle

Des multiples barrières érigées dès l’abandon de la route principale Kinshasa/Matadi sont chargées de contrôler les personnes venues effectuer des transactions commerciales. Clients de bus et des voitures taxis sont des observateurs malgré eux des techniques élaborées pour contourner les interdictions d’importation.  En petites quantités, boissons en plastique, essence passent quand même. Les passagers assistent aussi au quotidien à des tracasseries infligées aux transporteurs. Ceux-ci sont obligés de payer recevant en contrepartie des drôles de reçus sans références officielles. Le chauffeur va répercuter ce surplus de charge sur le client. Évidemment, tout cet argent sera remboursé en dernier ressort par la population à l’achat des biens en provenance de Lufu.

Arnaque des transporteurs privés

Sur la route de Lufu, des transporteurs fixent les prix d’étranges façon, en aller le prix n’est que de 10.000 francs congolais alors que le retour est établi à 15.000 francs congolais. Dans le prix n’est pas compris les multiples colis dont s’encombrent les commerçantes. Les prix des colis sont fixés de façon aléatoire au jugé des chargeurs. Les mêmes scènes sont vécues par les clients des voitures taxis qui sont régulièrement en surcharge avec 4 clients sur le banc arrière et 2 sur le banc avant à côté du chauffeur. Ces débordements se font au vu des policiers de la police de roulage sur plus de 200 km entre Lufu, Songololo et Kinshasa la capitale. Les clients à bord des taxis voyagent sans protester contre l’inconfort.

Engouement sans relâche

Envers et malgré tout, les commerçantes, sans doute acculées, conservent un engouement sans relâche vers Lufu. Les bus, taxi-bus et taxis sont toujours pris d’assaut à partir de Kinshasa et les parkings dans la ville frontalières sont bondés du moins tant que l’Angola subventionnera les produits de consommation de base qui sont fortement appréciés en RDC. Les angolais sont avides des dollars à portée de tout le monde, ce qui n’est pas le cas chez eux.

Rombaut Kamwanga à Lufu

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :