Territoire de Yahuma : le chef d’un village fouetté par un sous-lieutenant

Territoire de Yahuma : le chef d’un village fouetté par un sous-lieutenant

Monsieur Albert-Jean Adoko, chef du village Yaomanga dans le territoire de de Yahuma a été menotté et fouetté en public le jeudi 7 septembre avec six

Des accrochages entre les policiers, les motocyclistes et les étudiants à Kisangani se soldent par 1 mort et 5 blessés
Marche pacifique des chrétiens catholiques réprimée à Kisangani et Bukavu.
Province de la Tshopo : Toujours pas de ministres nommés

Monsieur Albert-Jean Adoko, chef du village Yaomanga dans le territoire de de Yahuma a été menotté et fouetté en public le jeudi 7 septembre avec six autres personnes, tous ressortissants de ce village, et devant les membres de leurs familles respectives.

justice coutumière

Justice coutumière

La terrible sanction leur a été infligée par le commandant de TD Lobolo, le sous-lieutenant Mandjoa de la Demiap à la suite d’une plainte du chasseur Vicky Kwadra. Ce dernier est un chasseur originaire de Mbesa, un village voisin. Auparavant, les six hommes, fouettés sans être entendus, ont subi l’incarcération à Lobolo, chef-lieu de secteur, pendant 48 heures. Les villageois n’ont pas supporté cette humiliation des leurs et ont contacté leur élu, le député national Patrick Bombelosanda.

De fausses accusations, de l’intrusion militaire et de l’intervention salvatrice d’un député
A la suite de l’intervention du député, l’histoire embrouillée au début a été dénouée. Le chef du village a surpris au village Yaomanga un intrus avec du gibier abattu dans la forêt de Mongando. Il a été pris en flagrant délit de chasse en période prohibée Porteur d’un fusil Calibre 12, dans la  forêt domaniale de Yaomanga, l’intrus, le chasseur Vicky Kwadra, a menacé le chef coutumier avec son fusil mais a été vite maitrisé par les villageois.
En fuite, arrivés à Lobolo, le chasseur et ses deux comparses ont accusé faussement le chef de village devant le TD de la DEMIAP en détachement dans le territoire de Yahuma au lieu de s’adresser à la Police nationale congolaise (PNC).

Par décision militaire, la hiérarchie militaire de Kisangani, suite à l’intervention de l’élu national de Yahuma, la réunion de conseil de sécurité local a décidé de transférer le dossier à la compétence d’un commandant de la PNC. Dépité le S/L Mandjoa a vu s’échapper 100.000 FC et une chèvre pour amende délivrée par chaque détenu. Le chasseur sans autorisation de port d’arme ni permis de chasse a disparu dans la nature avant d’être accusé de détention illégale d’arme et de tentative de meurtre sur le chef du village. Les détenus ont été remis en liberté.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :