Tapage nocturne sur le boulevard Kimbuta à N’djili : la population environnante lance un cri d’alarme.

Tapage nocturne sur le boulevard Kimbuta à N’djili : la population environnante lance un cri d’alarme.

Dans la commune de N’djili, les habitants des quartiers 1 et 12 se plaignent des bruits que causent plusieurs bistros et terrasses qui longent le boul

La CENCO invite le peuple congolais à veiller attentivement à la réalisation des étapes importantes du calendrier électoral
Nord-Kivu : Un journaliste enlevé par des hommes armés qui exigent une rançon
Démission du président Robert Mugabe : des Kinois applaudissent

Dans la commune de N’djili, les habitants des quartiers 1 et 12 se plaignent des bruits que causent plusieurs bistros et terrasses qui longent le boulevard Kimbuta qui traverse les deux quartiers. Du lundi à Jeudi, la musique se joue de 18 heures jusqu’aux alentours de minuit et du vendredi à dimanche la musique s’exécute de 19 heures au petit matin. Et cela a duré prés de 7ans.    

Les propriétaires et les gérants des terrasses et des bistros jouent de la musique à fond pour agrémenter et attirer leurs clients. Pour eux, la musique doit se jouer à un volume très élevé car il y a de la concurrence dans ce milieu. Plus ça joue fort plus les clients viennent, achètent la boisson et dansent.

Cependant, cette situation inquiète beaucoup la population qui habite le long du boulevard. Elle pense que cette musique jouée à fond les empêche d’avoir un sommeil paisible la nuit, de suivre leurs propres programmes à la maison pour les plus proches et parfois les élèves et les étudiants ne savent vraiment lire et réviser leurs matières.

« Nous vivons ce vacarme tous les jours du soir à minuit et parfois jusqu’au petit matin, nous sommes trop dérangés et nous ne savons pas vraiment que faire. Moi j’ai 57 ans je dois normalement dormir au moins 8 heures pour être en forme, mais cela n’est pas toujours le cas à cause des bruits interminables » a déclaré Monsieur Mbungu Adelar, habitant du coin.

De l’autre coté les clients disent que la musique de la nouvelle génération les attire notamment de quelques artistes tels que Gaz Mawete, Innocent Balume, Fabregas etc. Par conséquent, les propriétaires des bistros estiment que sans la musique les clients ne peuvent pas répondre massivement aux soirées sur le boulevard Kimbuta surtout le week-end.

La population appelle l’autorité urbaine à prendre ses responsabilités et à faire appliquer la loi.  Car dit-elle nul n’est sensé ignorer la loi, chaque congolais doit bénéficier de ses droits de dormir tranquillement comme dans d’autres quartiers.

Joël Kalonga (stagiaire ifasic)

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :