Suite à son échec à la présidentielle en 2018, le FCC veut travailler pour se rapprocher de l’Eglise Catholique 

Suite à son échec à la présidentielle en 2018, le FCC veut travailler pour se rapprocher de l’Eglise Catholique 

La coalition Front commun pour le Congo (FCC) s’est rendu à Kingakati pour remettre à son autorité morale, Joseph Kabila, le rapport contenant les rec

RDC : Kabila parachève le processus de restructuration du pouvoir judiciaire
Sénat : Le FCC divisé sur le choix
Le deal entre Tshisekedi et Kabila est-il en panne ?

La coalition Front commun pour le Congo (FCC) s’est rendu à Kingakati pour remettre à son autorité morale, Joseph Kabila, le rapport contenant les recommandations de sa première retraite politique, tenue fin novembre à Mbuela Lodge, à Kisantu, dans la province du Kongo-Central. C’était le lundi 23 décembre 2019 que le FCC a rendu publiques les vraies  raisons de son échec à la présidentielle de décembre 2018.

Les membres du FCC sous la coordination de Néhémie Mwilanya

Il ressort de cette autocritique que la mauvaise gestion du pays sous le règne de l’ancien chef de l’État Joseph Kabila était à la base de la défaite d’Emmanuel Ramazani Shadary. On a également épinglé les trahisons, la désignation tardive du candidat, la répartition inéquitable de fonds et matériels de campagne, l’égocentrisme et la guerre des chefs pour ne citer que ceux. Ces travaux d’évaluer la marche de l’alliance pro-Kabila, une année après sa création, est une rare autocritique pour le FCC.

Le Coordonnateur national,  Néhémie Mwilanya, qui a pris la parole aux noms de tous les sociétaires de la plateforme a relevé entre autres points « le contexte vicié par des interférences extérieures et une campagne de désinformation menée par certains princes de l’église qui ont accru la méfiance des électeurs vis-à-vis du candidat FCC à la présidentielle. »

Mais lors des assises à Kisantu, Emmanuel Ramazani Shadari avait plutôt regretté la décision de reporter du 23 au 30 décembre 2018, dans la mesure où elle a été fatale sur les chances de succès du FCC.

Dans le même rapport transmis à Joseph Kabila, il note  « les troublantes difficultés du transfert du même corps électoral des élections législatives nationales  provinciales sur le candidat Président FCC ».

A Kingakati, les membres du FCC entourent l’autorité morale

Pour Mwilanya, la campagne de désinformation  menée par des prélats catholiques, laquelle aura été particulièrement défavorable à Emmanuel Ramazani Shadari. C’est pourquoi dans ses recommandations pour l’avenir, le FCC veut travailler pour se rapprocher d’avantage du monde religieux particulièrement de l’église catholique et, enfin, prendre des initiatives pour relancer les contacts diplomatiques avec les partenaires de la RDC.

Néhémie Mwilanya a montré à leur autorité morale qu’au cours des débats, le FCC est  engagé dans une véritable logique de thérapie de groupe. « Tous les regroupements politiques du FCC, les partis politiques, les personnalités, la société civile ainsi que le candidat à la présidentielle lui-même, se sont livrés à une autocritique sans complaisance sur les causes de notre échec à la présidentielle », a-t-il dit.

Besoins primaires de la population orientés au financement des élections

Le FCC reconnaît l’état d’une mauvaise communication au sujet des 18 ans de pouvoir de Joseph Kabila, la précarité sociale liée à une gouvernance qui n’a pas orienté ses actions au cours de deux dernières années, précédant le scrutin, vers certains besoins primaires de la population, privilégiant le financement des élections et la stabilité macro-économique.

Shadary lors de la campagne électorale

La supervision de la campagne par des gouverneurs-coordonnateurs du FCC, qui étaient eux-mêmes candidats et en cette position, ont mal orienté toute la logistique de la campagne tout en nourrissant parfois des conflits avec les autres candidats.

Le choix tardif du candidat FCC à la présidentielle, qui n’a donné le temps suffisant à ses sociétaires de mener une campagne de qualité, tout en déplorant le comportement égocentrique de certains acteurs sur terrain qui, soit ont privilégié leur campagne personnelle, soit ont purement et simplement trahi en faisant la campagne d’autres candidats à l’élection présidentielle.

La famille politique de Joseph Kabila déplore la mauvaise gestion et une répartition inégale des fonds alloués à la campagne électorale, ainsi que l’influence négative des écoles catholiques qui ont servi des bureaux de vote, constatée à travers le favoritisme de leur personnel au profit des témoins des candidats de l’opposition. Quand cela ne tienne, ce sont les mêmes écoles qui ont servi des bureaux de vote pendant les deux élections de Joseph Kabila.
Les nombreuses querelles des Chefs autour de l’autorité morale à la veille du grand scrutin n’ont pas favorisé le positionnement du candidat du FCC.

Les recommandations du rapport
Le FCC a décidé en interne de discuter et parfaire le processus participatif ainsi que le timing de désignation du candidat Président de la République. Il reconnaît utile de permettre à ses candidats aux législatives de descendre beaucoup plus tôt dans les circonscriptions électorales.

Les sociétaires du FCC envisagent sa restructuration afin d’assurer son fonctionnement efficient. Ils souhaitent aussi mettre sur pied une commission pour retracer les fonds et matériels mis à la disposition du candidat FCC à l’élection présidentielle de décembre 2018.
Gel Boumbe

 

Voici les 14 recommandations présentées à Joseph Kabila l’autorité morale du FCC :

  1. Ne pas céder à un économisme pur et assumer des choix orientés vers les besoins de la population;
  2. Structurer le Front Commun pour le Congo afin d’assurer son fonctionnement efficient ;
  3. Mettre sur pied une commission pour retracer les fonds et matériels mis à la disposition du candidat du FCC à la présidentielle ;
  4. Travailler pour se rapprocher davantage du monde religieux, particulièrement de l’église catholique;
  5. Identifier les communicateurs crédibles ainsi que les personnes bien spécifiées pour descendre dans les circonscriptions électorales;
  6. Discuter et parfaire le processus participatif et le timing de désignation du candidat président de la République;
  7. Permettre aux candidats du FCC des législatives de descendre beaucoup plus tôt dans les circonscriptions électorales;
  8. Demander pardon à l’autorité morale et au candidat à la présidentielle Emmanuel Ramazani Shadary du fait de non-atteinte de l’objectif de remporter l’élection présidentielle de 2018;
  9. Ouvrir le débat sur le cycle électoral et la probabilité de l’organisation des scrutins combinés ou séparés;
  10. Engager des réformes électorales notamment sur la loi électorale, le système électoral et le mode de scrutin;
  11. Poursuivre le débat sur l’amélioration du seuil électoral pour assainir le jeu électoral;
  12. Revoir la loi sur les partis politiques pour l’adapter aux réformes électorales et à l’objectif de réduire la prolifération des partis politiques;
  13. Réduire la caution électorale et construire un véritable bloc de centre gauche pouvant évoluer dans le temps et au regard des réformes institutionnelles, amener à l’éclosion d’un grand parti politique ou à défaut d’un grand regroupement politique;
  14. Prendre des initiatives pour relancer les contacts diplomatiques avec les partenaires de la RDC.

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :