Serge Mayamba : « Les 504 jours de la CENI constituent une prospection dangereuse »

Serge Mayamba : « Les 504 jours de la CENI constituent une prospection dangereuse »

« Il s’agit d’une prospection dangereuse d’autant plus qu’elle ne rencontre pas l’assentiment de la population qui la considère comme l’expression de

La DGM dément d’être l’auteur de la liste sur la double nationalité en circulation
La tripartite Gouvernement-CNSA-CENI relance l’identification et l’enrôlement des congolais de l’étranger
Corneille Nangaa fait un état des lieux du processus électoral aux confessions religieuses

« Il s’agit d’une prospection dangereuse d’autant plus qu’elle ne rencontre pas l’assentiment de la population qui la considère comme l’expression de la volonté de s’éterniser au pouvoir », a dit le député national Serge Mayamba de l’Udps à l’agence catholique Dia. C’était le mardi 17 octobre 2017 au Palais du peuple. Il réagissait ainsi à la question relative aux 504 jours proposés par le président de la CENI, Corneille Nangaa, pour l’organisation des élections.

Membre de l'UDPS

Le député Serge Mayamba

Le député estime que « s’il y a des difficultés pour l’organisation des élections, la CENI doit les soumettre  à ses partenaires en vue de discussions pour un aboutissement heureux, faute de quoi la CENI continuera à être considérée comme une institution au service du pouvoir ».

S’agissant de la pétition que les députés de l’opposition ont initiée contre le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku,  le député Mayamba souligne qu’ « il y a lieu de considérer que les reproches faits par l’opposition au bureau de l’Assemblée nationale sont justifiés d’autant plus que dans une assemblée démocratique l’opposition a beaucoup plus de temps d’expression. Comme on le lui empêche, elle ne peut que réagir ainsi ».

Donnant son point de vue sur cette question, il considère que « les députés de l’opposition doivent comprendre qu’il ne s’agit pas du fait d’un individu, il s’agit d’une stratégie de la majorité au pouvoir. C’est pourquoi le départ d’un membre du bureau de l’assemblée ne va rien changer. On va seulement déshabiller Saint Pierre pour habiller Saint Paul ».

« Dans une autre mesure, il y a lieu de craindre que l’opposition fasse de la sous-traitance en faveur de la majorité. Certains membres de la majorité peuvent pousser certains opposants à l’action pour leur compte ou profiter des intentions de l’opposition pour régler le compte aux leurs. Nous sommes à l’heure du choix. Ou nous nous laissons distraire dans des combats qui visent des individus ou nous levons des vraies options en vue de l’alternance pour apporter un vrai changement dans le chef des futurs animateurs des institutions de la république », a ajouté le député national Serge Mayamba.

Propos recueillis par Jean René Bompolonga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :