Safro Manzangi entre Londres et Paris pour finaliser son album de 12 chansons

Safro Manzangi entre Londres et Paris pour finaliser son album de 12 chansons

Le guitariste et chanteur Safro Manzangi qui séjourne depuis plusieurs années en Europe, précisément à Londres, capitale de la Grande Bretagne, se p

Jean Goubald pour une musique qui transforme l’homme
L’artiste-musicien Jean Goubald Kalala décroche une licence en philosophie
Mgr Monsengwo : « Arrêtons de nous insulter mais faisons un travail qui honore notre pays »

Safro Manzangi Denis en méditation

Le guitariste et chanteur Safro Manzangi qui séjourne depuis plusieurs années en Europe, précisément à Londres, capitale de la Grande Bretagne, se prépare à larguer, sur le marché, un album de douze chansons. Dix chansons ont déjà été enregistrées et devraient être publiées dans un album de dix titres. Mais lors de son dernier passage à Paris pour assister au deuil de son collègue Pépé Bipoli na Fulu, décédé en France en septembre dernier et enterré à Kinshasa le week-end passé, le virtuose de la guitare, Safro Manzangi, a été interpellé par les mélomanes qui lui ont demandé d’ajouter à l’album, ses deux anciens succès.

Face à cette demande de mélomanes, Manzangi a pris langue avec le chanteur Joly Mubiala, le jeune frère de feu Kester Emeneya, et quelques autres artistes qui composaient le groupe Victoria Eleison présents en Europe. L’entretien étant bien passé, Safro est de retour à Londres pour se préparer et, avant la fin de l’année, il se rendra à Paris pour l’enregistrement de ses deux vieux succès qui compléteront cette nouvelle œuvre en chantier.

Quant à la sortie de l’album, Safro n’a pas précisé la date, il a par ailleurs promis que l’année prochaine, le public va savourer ce travail de titan qu’il a abattu pendant plus de deux ans pour le réaliser. Avant de terminer notre entretien, l’homme d’ « Ambenzo », une de ses chansons, a lancé un appel à la Socoda et au ministère de la Culture et des Arts de prendre au sérieux la sortie et l’entrée des œuvres d’art et musicales congolaises. Ces dernières connaissent un niveau très élevé de piratage à travers le monde. Ce sont de millions de dollars qui échappent, chaque année, à l’Etat Congolais et aux artistes toutes disciplines confondues.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :