Réunion de l’OPDAD : Antoinette Sassou appelle les femmes à s’assumer comme des tigres

Réunion de l’OPDAD : Antoinette Sassou appelle les femmes à s’assumer comme des tigres

En marge de l’Assemblée générale des Nations Unies,  lors d’une réunion de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour le développement (OPDA) l

Sommet en France contre le terrorisme et participation africaine de G5 Sahel
Lancement d’un moteur de recherche de l’industrie alimentaire africaine par la BAD
Jeune Afrique organise la 1ere édition des « héroïnes » sous le thème « Toutes actrices du changement »

En marge de l’Assemblée générale des Nations Unies,  lors d’une réunion de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour le développement (OPDA) le mardi 24 septembre 2019, la première dame du Congo, Mme Antoinette Sassou a indiqué que les femmes sont « les tigres de l’Afrique ».

« Le tigre ne réclame pas le droit de se comporter comme tel ; il agit comme il est », tels ont été les propos de la Première Dame du Congo. Selon Mme Sassou, les femmes africaines sont convaincues que le moment est arrivé, celui de réaliser l’égalité entre les sexes.

« Je demande instamment à toutes les femmes africaines… de s’assurer que d’ici 2030, nous obtenions pour tous les enfants africains le droit à une éducation de qualité, le bénéfice de soins médicaux efficaces et l’accès à un travail décent. », a-t-elle lancé.

Pour sa part, Dereje Wordofa, la directrice générale adjointe du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), a présenté les avantages en train d’être acquis pour les femmes de l’Afrique. Elle a indiqué notamment que la mortalité infantile a baissé dans une proportion de 40 % au cours des deux dernières décennies.

Mme Wordofa regrette que malgré la baisse de la mortalité infantile, quelque 200 millions de femmes africaines n’ont pas accès à la planification familiale, des problèmes comme la fistule et les mutilations génitales féminines persistent, et le dépistage et le traitement du cancer du col de l’utérus ne s’effectuent pas à un rythme suffisant.

Elle a fait ressortir que les femmes continuent à souffrir en raison d’un système de santé extrêmement fragile, d’un faible taux d’alphabétisation et d’un accès limité aux transports modernes.
Rappelons que la vision l’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour le Développement(OPDAD) est d’être une Afrique développée avec des enfants, des jeunes et des femmes en bonne santé et autonomisés. Et sa mission est de contribuer à la santé et au bien-être des enfants, des jeunes et des femmes par le plaidoyer, la mobilisation des ressources et des partenariats stratégiques.

L’OPDAD tire son origine de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le VIH/sida (OPDAS) fondée en 2002 par 37 Premières Dames d’Afrique. Au départ, les objectifs de l’OPDAS étaient de plaider en faveur d’une sensibilisation accrue à la pandémie du VIH et du sida, mobiliser des ressources, contribuer au développement du leadership pour lutter contre la pandémie, et mettre en place une action permanente visant à améliorer la santé maternelle et infantile. Par l’intermédiaire des Premières Dames et d’autres champions, l’OPDAS a mené des actions dans les communautés au niveau local travaillant avec les personnes les plus vulnérables d’Afrique, notamment les femmes et les enfants infectés et affectés par l’épidémie de sida, qui sont également les plus touchés par la pauvreté et la marginalisation sociale.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :