Restriction de l’espace démocratique constat de la Monusco

L’année 2017 a également été marquée par des restrictions de l’espace démocratique qui se sont accrues au cours de l’année sur l’ensemble du territoir

Cardinal Monsengwo : « Nous voulons que règne la force de la loi et non la loi de la force »
Devant les élus provinciaux, Ngobila présente un budget d’USD 2 milliards
La Monusco pour des journalistes professionnels à Kinshasa et à Uvira

L’année 2017 a également été marquée par des restrictions de l’espace démocratique qui se sont accrues au cours de l’année sur l’ensemble du territoire, ce qui démontre une tendance continue et toujours plus importante de ces restrictions depuis trois ans et confirme l’absence de mise en œuvre des conditions nécessaires pour un processus électoral crédible et pacifique.

Marche pacifique à Kinshasa

Marche pacifique à Kinshasa

Le Directeur du Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’Homme, BCNUDH,  fait ce constat devant la presse le 24 janvier 2018. Le BCNUDH est un service de la Mission des Nations Unies en République Démocratique du Congo.

Par rapport à l’année précédente, une hausse de presque 25 % des violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales liées à des restrictions de l’espace démocratique sur l’ensemble du territoire a été documentée (1 375 violations). Principalement commises par des agents de la PNC (plus de la moitié des violations), elles ont encore ciblé davantage les membres d’organisations de la société civile – y compris des défenseurs des droits de l’homme.

Rombaut Kamwanga

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :