Rentrée parlementaire : Thambwe Mwamba restera attaché à un Sénat ouvert, respectueux des droits et des libertés de chaque groupe

Rentrée parlementaire : Thambwe Mwamba restera attaché à un Sénat ouvert, respectueux des droits et des libertés de chaque groupe

Le président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba, a procédé ce lundi 16 septembre 2019 à l’ouverture de la Session ordinaire à la Chambre Haute du Parleme

UDPS, parti au pouvoir : Des combattants dans la rue au Parlement 
L’Assemblée nationale publie les matières de la session budgétaire
3ème Assemblée nationale : C’est parti  

Le président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba, a procédé ce lundi 16 septembre 2019 à l’ouverture de la Session ordinaire à la Chambre Haute du Parlement, en application des articles 115 de la Constitution et 82 du Règlement intérieur du Sénat. Devant les sénateurs et députés nationaux réunis, ainsi que des invités des différentes institutions du pays, les deux Chambres du Parlement ont officiellement ouvert la Session ordinaire de septembre.

Alexis Thambwe Mwamba,, Président du sénat

Dans son discours d’ouverture, le président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba a dit que cette session présente un caractère particulier car, elle s’ouvre dans un contexte post électoral, marqué par la tenue, le 30 décembre 2018, des élections pluralistes qui ont permis une alternance pacifique et civilisée au sommet de l’Etat, à laquelle a été une leçon de démocratie donnée par notre pays à travers le monde. Ces élections ont permis le renouvellement des animateurs des institutions provinciales et nationales de la République.

Il a salué les attitudes et le profond sens patriotique et de responsabilité du Président de la République Félix Tshisekedi et de son prédécesseur Joseph Kabila pour avoir procéder à cette mutation historique pour notre pays.

Avant de continuer son allocution, le président du sénat a demandé à la salle d’observer quelques instants de silence en mémoire de nombreux événements tragiques que connait actuellement notre pays, notamment les naufrages des baleinières sur les lacs Kivu à Kalele, Mai-Ndombe à Inongo, sur les rivières Kwilu et Lukenie ; les tueries récurrentes de toutes sortes en Ituri, dans le grand Kasaï, à Beni, Butembo et Minembwe ayant entrainé les déplacements des populations qui vivent dans un état de précarité nécessitant une aide humanitaire ainsi que le cas des morts causées par la maladie à virus « Ebola » dans l’Est du pays, sans oublier tous sénateurs mort en exercice de leur mandat.

Il a reconnu à son prédécesseur Léon Kengo wa Dondo, un homme de conviction, d’honneur et de courage qui a impulsé une dynamique à cette institution qu’est le Sénat au cours de dix dernières années. Il a félicité les 13 sénateurs réélus dont 2 femmes, ses 94 collègues qui entrent au Sénat pour la première fois dont 21 femmes et se réjouit d’avoir au total 23 sénatrices à l’hémicycle.

Palais du peuple de Kinshasa, siège du Parlement

« Comme j’ai déjà eu à le dire, je resterai attaché à un Sénat ouvert, respectueux des droits et des libertés de chaque groupe », a dit le président du Sénat.

Le président du Sénat a précisé que la session de septembre est essentiellement budgétaire, car c’est au cours d’elle que l’assemblée nationale et le sénat votent le budget de l’Etat pour l’année à venir, budget qui permet au gouvernement de réaliser son programme d’action.

« Le premier Ministre viendra au Parlement pour présenter le budget 2020. J’attire votre attention sur le fait que l’adoption et même l’exécution du budget de l’Etat ne doivent plus être une simple formalité, un rituel annuel sans contenu et sans conséquences sur la vie des populations, mais plutôt une expression de leurs attentes. Nous mettrons toute la rigueur qui sied pour examiner et adopter ce budget en vue de conférer au gouvernement un budget à la hauteur de ses ambitions, en tenant compte des possibilités définies dans le plan d’actions du gouvernement, budget dont la bonne exécution permettra de satisfaire les fortes attentes exprimées par notre peuple à l’occasion de l’alternance démocratique à la direction du pays », a-t-il demandé aux parlementaires.

Alexis Thambwe Mwamba a rappelé que « le Premier Ministre a présenté le programme d’action du gouvernement pour le mandat qui commence et nous nous engageons à l’accompagner. »

De poursuivre, il a dit que la lutte du gouvernement pour l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens devra se placer dans perspectives de création des richesses plutôt que de partir du prisme de la pauvreté  dont les instruments de définition ne proviennent pas toujours de nos propres statistiques.

Le Président du sénat souhaite que le programme d’action du gouvernement, dans son pilier de diversification de l’économie, le soutien aux secteurs productifs s’impose par la contribution au financement des secteurs sociaux à savoir la protection alimentaire, l’enseignement, la recherche scientifique et les soins de santé. Il conviendra de ranger en ordre utile les préalables à sa réalisation que sont la sécurité sur le territoire national, l’ordre public et l’organisation de l’administration des Entités Territoriales Décentralisées et des services publics de Etat.

« La décentralisation devrait donner un nouvel élan pour appliquer les différentes réformes de la base au sommet et, j’interpelle ici, les représentants des provinces que nous sommes  pour contribuer à assurer le fonctionnement des entités de base, servir les citoyens en agissant pour la République. Actuellement, Kinshasa est plus proche de Bruxelles, de Londres, de Dubaï….qui ne l’est de Singini, de Manono, de Panya Mutomo, de Boende et de Kasongo. C’est le contraire qui devrait être le souci des légitimes représentants des provinces que nous sommes », a fait savoir Alexis Thambwe Mwamba.

Il a mis un accès particulier sur l’esprit de travail qui doit leur guider tout au long de leur législature. « Etant appelée « Chambre des sage », je vous invite à entretenir un esprit d’écoute, de dialogue et d’échange, dans le respect des opinions des uns et des autres, pour un travail de qualité », a dit le président du Sénat en exhortant ses collègues à la régularité, à l’assiduité, et au dépassement de soi dans l’exercice de leurs activités parlementaires pour mériter de la patrie.

Jeanine Mabunda, présidente de l’Assemblée nationale

Quant à la Présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, elle a dit que le rôle du député national n’est pas de construire des ponts, de bâtir des hôpitaux, mais d’élaborer les lois et contrôler l’action du gouvernement. Elle a fait mention aux 46 000 000 d’électeurs sur les 145 territoires de la RDC qui ont donné au pays les nouveaux dirigeants a l’issue des élections auxquelles on a connu une première alternance à la tête du pays avec passation pacifique du pouvoir.

Gel Boumbe  

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :