Relation de visite de Mme Bolduc et partage d’idées sur l’action humanitaire combinée avec l’assistance au développement

Relation de visite de Mme Bolduc et partage d’idées sur l’action humanitaire combinée avec l’assistance au développement

Mme Kim Bolduc Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général, Coordonnatrice humanitaire en RDC et Coordonnatrice résidente des agences, fonds

Deux grandes pistes pour développer l’agriculture selon la FAO
RDC : Le nouveau représentant de la FAO s’engage à travailler pour l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle
Pam et Fao main dans la main face aux besoins alimentaires des populations en migration forcée

Mme Kim Bolduc Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général, Coordonnatrice humanitaire en RDC et Coordonnatrice résidente des agences, fonds et programmes des Nations Unies a déclaré aux journalistes lors de la Conférence de presse de ce mercredi 7 février 2018, être venue partager des réflexions, des observations d’une semaine.

 

Kim Bolduc au centre

Kim Bolduc au centre

La Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général a précisé être allée, avec quelques bailleurs, de l’ambassadeur du Canada, de la représentante de l’ambassade de Norvège et accompagnée des organisations qui travaillent sous son pilier, c’est-à-dire OCHA pour l’humanitaire et le PNUD pour le développement. Elle a été aussi avec les collègues qui travaillent dans la MONUSCO dans le thème de VIH/sida et surtout de la stabilisation.

Mme Bolduc a révélé qu’elle coordonne l’aide humanitaire en RDC ainsi que les efforts de développement qui sont déployés par toutes les agences, fonds et programmes ainsi que leurs partenaires des ONG qui travaillent dans le relèvement et qui travaillent dans le développement. Elle a reconnu que ceci semble rassembler beaucoup de casquettes, mais elle assure que l’avantage c’est de pouvoir avoir une action coordonnée et une action qui agit à plusieurs niveaux afin d’aider le pays à se relever et aider surtout les populations en RDC.

Deux provinces le Kasaï et le Nord Kivu ont reçu la visite de travail de Mme Kim Bolduc

Dans ce volet du périple dans le Congo, profond, Mme Bolduc a été très détaillée : « Je suis allée, a décrit de façon précise l’Officielle onusienne, dans la province du Kasaï à Tshikapa où j’ai vu le travail logistique des humanitaires, j’ai visité les écoles primaires appuyées par UNICEF dans le projet ‘ wash ‘. Je suis allée dans la province du Kasaï central en particulier à Kananga où j’ai regardé le projet ‘ ECHO ‘ et de certaines ONG qui travaillent ensemble. Je suis allée dans la province du Nord-Kivu à Kitchanga où j’ai regardé les initiatives de stabilisation appuyées par la MONUSCO et par les partenaires des agences. Je suis allée à Kibumba près de Goma où j’ai vu comment on pouvait redonner un sens de pouvoir et de reconstruction de vie à une communauté. J’ai visité Mugunga près de Goma aussi où j’ai regardé un projet du PNUD et ce que signifient le relèvement et le développement. Je suis allée dans la province du Tanganyika à Kalemie, le village de Katanika, un site de déplacés, projet de OXFAM, MSF, PAM et des ONG locales ».

Exprimant sa pensée, elle a admiré l’engagement prolongé, profond et sincère de tellement d’acteurs qui comptent parmi les bailleurs, les Nations Unies et les ONG et qui expriment l’affection de tous pour la population congolaise et le pays. Elle a conclu cette partie par une phrase de conscience aigüe. « Ce qui ressort de toutes cette situation, reconnaît-elle, c’est que nous faisons face aujourd’hui, à une recrudescence de l’urgence humanitaire sans précédent ».

Une conférence de bailleurs en Mars 2018

Enfin, Mme Kim Bolduc a affirmé : « Nous allons bientôt, probablement vers fin mars faire une conférence des bailleurs parce que nous appelons sur la RDC une aide d’une enveloppe de 1,7 milliard de dollars pour pouvoir venir en aide de façon immédiate à 10,5 millions de personnes affectées par l’urgence. Une des choses qui m’a tellement convaincue à travers cette visite, c’est premièrement, de voir de près et de toucher la souffrance des gens. J’ai rencontré beaucoup de personnes hommes et femmes dans un centre de déplacés, j’étais très impressionnée par leur courage après toutes les violences subies, ces personnes nous ont demandé des intrants agricoles, le droit de revenir à l’école, quelques tôles pour un toit, pas plus. Et j’ai conclu que la force du peuple congolais face à une situation est vraiment admirable et je le dis, à partir du moment où vous avez dans la société ce genre de courage, le relèvement est possible. L’engagement vaut la peine. Je fais donc appel à tous ceux qui jusqu’à présent nous ont appuyés de continuer à nous aider ».

Rombaut Kamwanga

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :