RDC : Un candidat à la présidentielle vante le rôle de porte-drapeau qu’a joué l’Eglise Catholique

RDC : Un candidat à la présidentielle vante le rôle de porte-drapeau qu’a joué l’Eglise Catholique

En séjour en Belgique, Jean-Philibert Mabaya candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018, a accordé un long entretien au média belge de « La

 Vatican: Mgr Marcel Utembi participe à la rencontre mondiale sur la protection des mineurs dans l’Eglise
Diocèse de Boma : Mgr Cyprien Mbuka a béni l’Eglise Sainte Famille de Muanda
Rapport de la MOE JPC/CENCO : 122 cas des observateurs électoraux soit interdits d’accès, soit expulsés des BRTC 
Jean-Philbert Mabaya, candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018

Jean-Philbert Mabaya, candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018

En séjour en Belgique, Jean-Philibert Mabaya candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018, a accordé un long entretien au média belge de « La Libre Belgique », le mardi 02 octobre 2018.

 Soutenu par sa plateforme politique Arc-en-Ciel, l’homme du Kwilu fut le dernier à s’inscrire pour le scrutin de cette fin d’année. « Je suis candidat parce que je prétends avoir une vision pour le pays, je suis aussi candidat parce que Kin-Kiey s’est présenté. Je refuse que ce Monsieur incarne Masi-Manimba, notre ville dans le Kwilu », a-t-il déclaré au micro de la Libre.

En réponse à une question sur l’éventuel scénario au cas où la CENI ne changerait pas ses plans dont l’usage de la machine à voter, la réponse est sans doute « la transition sans Kabila avec le président du sénat à la tête ».

Rattrapé par une autre question relative à l’illégitimité de l’actuel bureau de la chambre haute, Mabaya pense que « l’Eglise catholique a un rôle majeur à jouer dans une telle situation ». Et d’ajouter que « Les catholiques sont le porte-drapeau mais ils ne sont pas les seuls. Regardez ce qui s’est passé lors des marches initiées par le CLC, on a vu d’autres églises, d’autres religions s’associer à ces manifestations ».

Il faut rappeler que la thèse de la transition sans Kabila ne cesse d’alimenter les débats tant au niveau national qu’à la diaspora congolaise. Des voix s’accordent sur la personnalité de l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya pour assurer cette énième transition.

Du côté de l’Eglise, si aucune déclaration officielle n’a été enregistrée jusque-là pour éclairer l’opinion, il est clair qu’officieusement des responsables de l’Eglise fustigent cette proposition, préférant ainsi la séparation de pouvoir entre l’Etat et l’Eglise.

Junior Kitambala

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :