RDC : OEARSE dit «stop Inga 3» et exige une étude environnementale stratégique préalable

RDC : OEARSE dit «stop Inga 3» et exige une étude environnementale stratégique préalable

L’Observatoire d’études et d’appui à la responsabilité sociale et environnementale (OEARSE) a, dans un mémorandum, dit stop Inga 3 et demandé au prési

L’INPP abritera le Forum National de la Société Civile sur l’Énergie du 11 au 13 septembre prochain
La Fédération des entreprises du Congo en faveur de la levée de contraintes pour l’application de la Loi sur la libéralisation de l’énergie électrique
La mauvaise gestion du système de délestage a enflammé la fibre optique

L’Observatoire d’études et d’appui à la responsabilité sociale et environnementale (OEARSE) a, dans un mémorandum, dit stop Inga 3 et demandé au président de la République de commanditer une évaluation environnementale stratégique préalable avant la prise de tout engagement.

Cela concerne non seulement le projet Inga 3 mais aussi toutes les autres phases du Grand Inga. Dans ce document adressé à Félix Antoine Tshisekedi, ce mardi 20 août 2019, jour d’ouverture du Forum sur l’énergie électrique organisé, sous son patronage à Matadi, les signataires-activistes de la société civile affirment constater avec que le projet Inga 3 soit inscrit parmi les priorités de l’agenda diplomatique énergétique du chef de l’État tant sur le plan interne qu’externe.

Néanmoins, insiste OEARSE, les lois de la République dont il est le garant exigent, au terme de l’Article 3 du Décret n° 14/019 du 02 août 2014 fixant les règles de fonctionnement des mécanismes procéduraux de la protection de l’environnement, de commanditer à l’Agence congolaise de l’environnement : « une évaluation environnementale stratégique.»
Cette dernière, rappelle OEARSE, « a pour objet l’examen systématique préalable des conséquences environnementales d’une politique, d’un plan ou d’un programme élaboré par l’Etat, la province, l’entité territoriale décentralisée ou l’établissement public.»
Cette structure de la société civile congolaise espère que toute décision que prendra le chef de l’État en tant que garant de la nation dans le secteur énergétique, devrait aller dans le sens de faire de l’intérêt de la population une priorité « le peuple d’abord. » lire la suite sur Zoomeco

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :