RDC : Les acteurs étatiques et non-étatiques ont réfléchi sur les voies et moyens de mettre fin à la corruption

RDC : Les acteurs étatiques et non-étatiques ont réfléchi sur les voies et moyens de mettre fin à la corruption

La Ligue Congolaise de lutte contre la corruption, Licoco, en collaboration avec le Secrétariat international de Transparency international a organisé

Angola: 180 jours aux Angolais pour rapatrier les fonds déposés illégalement à l’étranger
Dans une lettre ouverte, la Licoco félicite l’UA pour avoir décrété une journée de lutte contre la corruption, mais…
Kinshasa : La Licoco invite Felix Tshisekedi à ordonner l’interpellation du Gouverneur Kimbuta

La Ligue Congolaise de lutte contre la corruption, Licoco, en collaboration avec le Secrétariat international de Transparency international a organisé le jeudi 05 décembre 2019, un forum de haut niveau sur le système national d’intégrité de la RDC. Avec la participation de quelques personnalités politiques et plusieurs acteurs de la société civile, l’activité s’est tenue dans la salle des conférences Père Boka du Cepas.

Samuel Kanyinda et Gaudens Cinamula

Samuel Kanyinda et Gaudens Cinamula

L’objectif de l’atelier était d’offrir un cadre de partage et de réflexion sur les voies et moyens de renforcer les dispositifs légaux, réglementaires et institutionnels de lutte contre la corruption en Rdc.

Dans son mot de Bienvenue, le Président du conseil d’administration de la Licoco a indiqué que la corruption est une réalité qui n’épargne aucun pays dans le monde. Il estime néanmoins que c’est le renforcement du système préventif et répressif qui distingue certains États des autres. « Fort de ce constat, Transparency International a développé l’approche Système National d’Intégrité (SNI) comme moyen  d’évaluation de  l’efficacité du dispositif anti-corruption  d’un pays, secteur par secteur », note-t-il.

Prenant la parole à ces assises, Samuel Kanyinda, Coordonnateur conseiller régional Afrique, a indiqué qu’il est important que la lutte contre la corruption en RDC fasse partie intégrante du plan national de développement, faute de quoi l’émergence de ce géant d’Afrique  tarderait à se matérialiser et serait décevant ainsi d’espoirs. « C’est ici donc le lieu de saluer l’expression à plusieurs reprises par le Président de la République Démocratique du Congo, Chef de l’État, de son engagement de lutter inlassablement contre la corruption et l’impunité en particulier. Cette volonté politique clairement exprimée devrait être appuyée dans les faits par le renforcement des dispositifs légal et institutionnel  anti-corruption conformément aux conventions des Nations- Unies et de l’Union », a  noté Samuel Kanyinda

Et de souligner : « Ainsi, le forum qui nous réunit ce jour offre l’occasion aux acteurs étatiques et non étatiques, parties prenantes de la lutte contre la corruption en RDC, de réfléchir ensemble sur les voies et moyens de renforcer davantage le système anti-corruption de la RDC – sur les plans préventif et répressif – pour plus d’efficacité, afin que des résultats palpables soient au rendez-vous. » 

Il faut rappeler qu’en dépit de l’immense richesse de son sol, son sous sol et ses eaux ainsi que son important capital humain, la Rdc reste confrontée à d’importants défis en termes de développement socio-économique.

Pétronelle Lusamba

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :