RDC : Le transport pose problème  

RDC : Le transport pose problème  

Les déplacements ne sont pas un objectif en soi. On ne se transporte pas par plaisir ou par devoir moral mais pour satisfaire des besoins et atteindre

New York : Sommet sur l’Action pour le Climat, la RDC stocke quelque 30 milliards de tonnes de carbone
La GECOTRA Sarl exploite 1000 ha de terre et produit 150 t d’huiles de palmes par mois et tend la main aux partenaires
17ème édition du Concours de Saut International, un grand événement pour ce mois de novembre à Kinshasa

Les déplacements ne sont pas un objectif en soi. On ne se transporte pas par plaisir ou par devoir moral mais pour satisfaire des besoins et atteindre des fins individuelles ou collectives. Il n’y a pas d’action sans mobile, de mobilité sans motif, de déplacement sans objet, de transport sans activité sociale associée.

Le train express congolais

Les transports sont des facteurs de liaison, des moyens de contact et de mise en relation, des vecteurs d’échange et d’intégration sociale. En RDC, ces caractères sont encore plus marqués en milieu urbain, plus dense et actif que les autres contextes de vie.

Les déplacements sont liés aux habitudes des individus, aux emplois occupés, aux caractéristiques des familles, aux valeurs et aux attitudes liées à la mobilité, les autorités congolaises doivent encore bien étudier la politique de transport urbain et interurbain qui se pose avec acuité, tant en provinces que dans la capitale.

D’où la décision de la reprise du train urbain aéroport – centre-ville, du trafic Kinshasa – Matadi par la voie ferrée et de la navigation sur le fleuve Congo entre Kinshasa et Kisangani par bateau, comme l’a annoncé le mercredi 2 octobre dernier, le Directeur général de la Société commerciale des transports et des ports (SCTP), ex-Onatra.

Le DG de la SCTP, Daudet Laya Sinsu, qui s’est exprimé à la sortie de l’audience qui lui a été accordée par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, avait précisé que le trafic ferroviaire entre Kinshasa et Matadi sera lancé le samedi 5 septembre tandis pour la voie fluviale, le bateau Kokolo va quitter la capitale pour Boyoma Singa Mwambi, le vendredi 11 septembre 2019.

L’entretien entre le Chef du gouvernement et le patron de la SCTP était essentiellement autour de la difficile situation financière que traverse cette société chargée d’assurer le transport Multimodal, suite à la baisse du trafic maritime qui impacte son chiffre d’affaires. Le directeur général de la SCTP a signifié au premier ministre que la viabilité de son entreprise réside dans la diversification des activités de transport.

De son côté, la société Transco suspend certaines lignes à Kinshasa

Pendant que la SCTP veut reprendre les trafics par les voies ferrée et fluviale, La société de transport du Congo (TRANSCO) a suspendu quatre de ses lignes allant vers l’Université de Kinshasa (UNIKIN), comme l’ont constaté ses usagers le jeudi 3 octobre dernier.

Les lignes suspendues sont L19, allant de la Place Victoire au campus de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) ; L 24, qui relie le marché central à l’Intendance ; L 27, qui va de Kingasani à l’Intendance et de la ligne 9, partant de l’UPN à l’UNIKIN.

Selon le ministère des Transports, la décision de retirer les bus sur les lignes desservant l’Université de Kinshasa est liée à l’incendie d’un bus TRANSCO par les étudiants dont l’évènement malheureux s’est produit il y a plus ou moins deux semaines.

Il sied de rappeler que depuis l’arrivée le 06 juin 2014 à Kinshasa d’un lot de bus de la société TRSNCO, il y a cinq ans sans la réception d’un autre lot des bus. On constate même la réduction de nombre de bus de lignes en service.

La demande de transport urbain n’a beaucoup évolué depuis des années en se complexifiant et dans le même temps, le transport urbain est devenu une question éminemment politique et stratégique pour les agglomérations tant il est patent que les enjeux qui y sont associés sont structurants pour leur avenir

La régulation de l’étalement urbain et le traitement des zones périurbaines qui posent problème aux élus, aux autorités organisatrices et aux opérateurs des transports et que l’on ne sait pas traiter à court terme et à plus long terme.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :