RDC-Ebola : Mgr Sikuli Paluku a échangé avec Antonio Guteress, Secrétaire général de l’ONU à Béni

RDC-Ebola : Mgr Sikuli Paluku a échangé avec Antonio Guteress, Secrétaire général de l’ONU à Béni

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guteress est en visite de solidarité envers les victimes de la maladie à virus d’Ebola qui sévit

RD Congo : Ebola déclarée « urgence de santé publique de portée internationale » par l’OMS
Nomination d’un Coordonnateur spécial des Nations Unies de l’urgence sur Ebola
Ebola: Le ministère de la Santé publique confirme la rentrée scolaire au 3 septembre 2018 dans le territoire de Beni

Mgr Sikuli lors échangeant avec Mr Guterres

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guteress est en visite de solidarité envers les victimes de la maladie à virus d’Ebola qui sévit il y a plus d’une année à l’Est de la RD Congo.

Antonio Guteress est arrivé à Goma, dans la province du Nord-Kivu à l’Est de la RDC depuis le samedi 31 août dernier et s’est rendu à Mangina dans le territoire de Béni, premier épicentre de la maladie à virus Ebola dans la région, le dimanche 1er septembre. Sur place, il a rencontré plusieurs personnalités de cette partie de la RDC dont S.E. Mgr Melchisédech Sikuli Paluku, Evêque du diocèse de Butembo-Beni.

L’Evêque de Butembo-Beni a déclaré aux médias du diocèse après leur entretien avec le diplomate de l’ONU, qu’on ne peut pas dissocier cette maladie à la situation sécuritaire qui prévaut dans cette région : « On ne peut pas séparer la maladie à virus Ebola avec la question de l’insécurité récurrente, je dirais même chronique avec tout ce qu’elle a déjà causé dans la région, particulièrement en territoire de Beni et la ville de Beni. A cette situation déjà pénible, plus de 2000 personnes ont été sauvagement massacrées et qui a causé de traumatisme, de frustration ».

Monseigneur Sikuli a aussi exprimé ses inquiétudes quant aux conditions difficiles de travail des équipes de riposte d’accéder à certains centres de traitement d’Ebola suite au contexte sécuritaire difficile.

« Dans le discours, on a évoqué qu’il faut prendre en compte les deux situations. Ebola et l’insécurité. Parce que les équipes de riposte ne savent pas aller jusqu’aux contacts les plus lointains, là où ils sont menacés et peut-être par certains de nos frères et sœurs qui ont d’autres intérêts et qui ne mesurent pas la gravité de cette épidémie », s’est inquiété Mgr Sikuli.

Enfin, dans son allocution de circonstance, Antonio Guteress a salué la bravoure du peuple congolais. Il a ensuite présenté ses sincères condoléances suite aux diverses exactions causées par les groupes armés actifs à l’Est de la RDC.

Junior Kitambala

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :