RD Congo : Le BLP-CENCO plaide pour l’adoption d’une loi d’accès à l’information publique

RD Congo : Le BLP-CENCO plaide pour l’adoption d’une loi d’accès à l’information publique

En marge de la Journée internationale pour l’accès à l’information universelle décrétée par l’UNSECO, le 28 septembre de chaque année, le Bureau d

RD Congo : Ebola déclarée « urgence de santé publique de portée internationale » par l’OMS
L’ONU estime que l’urbanisation croissante ne doit pas être synonyme de villes polluées
L’Association des jeunes œuvrant pour l’encadrement des « moineaux » sensibilise l’opinion à la prise en charge des enfants désœuvrés

Photo de famille des participants à la table ronde sur la journée internationale du droit d’accès à l’information

En marge de la Journée internationale pour l’accès à l’information universelle décrétée par l’UNSECO, le 28 septembre de chaque année, le Bureau de Liaison avec le Parlement de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (BLP-CENCO) et le Collectif 24 ont organisé une table ronde sur le thème : « L’effectivité du Droit d’accès à l’information comme préalable au contrôle citoyen des finances publiques », ce vendredi 27 septembre 2019 au Centre interdiocésain à Kinshasa dans la commune de Gombe.

Cette table ronde commémorative a été organisée dans l’objectif de sensibiliser tant la population que les décideurs institutionnels et privés autour de l’importance de la loi d’Accès à l’information, comme premier palier incontournable d’une véritable gouvernance participative qui promeut une gestion saine et transparente des finances publiques.

Ces assises ont connu la participation des plusieurs parlementaires (sénateurs et députés nationaux), des représentants de ministères, de corps diplomatiques et bien d’autres organisations de la société civile, etc.

Dans son mot de circonstance, le Secrétaire général de la CENCO, l’abbé Donatien Nshole Babula, a d’abord déploré le manque d’un cadre juridique d’accès à l’information publique en RDC. Il a ensuite dressé un tableau dramatique de la situation de la RDC en matière d’indice de transparence dans la gestion des finances publiques en ces termes : « En rapport avec l’indice de la démocratie, la RDC se retrouve à la 165ème place sur 167 dans le classement de 2019 ( pays aux régimes autoritaires), l’Open Gouvernement Parttnership (OGP) classe la RDC à la 154ème position dans son évaluation des gouvernements ouverts à la transparence de l’action publique et à des nouvelles formes de concertation et collaboration avec la société civile. Et enfin, Transparancy International dans son indice de perception de la corruption place la RDC parmi les pays les plus corrompus, soit le 161ème sur les 180 pays évalués ».

Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO

Par ailleurs, l’abbé Nshole s’est montré favorable à la « nécessité d’institutionnalisation d’un cadre légal qui consacre le droit d’accès à l’information publique au bénéfice de la population » avec l’alternance pacifique intervenue au sommet de l’Etat et l’avènement des nouvelles institutions, avant d’affirmer que ce droit a toujours fait l’objet des préoccupations de l’épiscopat congolais dans ses multiples contributions en vue de l’instauration d’un état de droit et démocratique en RDC.

Au demeurant, les représentants du ministre de communication et du directeur-pays de l’UNESCO ont tour à tour félicité le BLP-CENCO pour cette initiative et ont en outre, émis le vœu de voir les recommandations qui découleront de ladite table ronde contribuent tant soit peu à une avancée significative du droit d’accès à l’information publique pour le développement intégral de la RDC.

Après ces différentes allocutions, le décor était planté aux panels et échanges. Un rapport final sera rédigé en vue de permettre à la haute hiérarchie de l’Eglise de faire le plaidoyer afin que la RDC reste sur le rail de la transparence de la gestion financière.

Junior Kitambala

 

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :