RD Congo : CIAM a sensibilisé des chrétiens catholiques sur la lettre apostolique Maximum Illud

RD Congo : CIAM a sensibilisé des chrétiens catholiques sur la lettre apostolique Maximum Illud

A l’occasion de la célébration du centenaire de la publication de la lettre apostolique « Maximum illud » du Pape Benoit XV, le Centre d’Informati

Pax Christi International sensibilise des jeunes de Sainte Catherine sur la non violence
Pax Christi International forme des formateurs à la non violence active et entrepreneuriat des jeunes de la région des grands lacs.
Les organisations membres du Réseau Pax Christi évaluent leur première expérience dans la gestion du Projet NVA et entrepreneuriat des jeunes dans les Grands lacs.

Les Révs. Pères Mombula et Mbuma, respectivement Directeur et Directeur’Adjoint du CIAM

A l’occasion de la célébration du centenaire de la publication de la lettre apostolique « Maximum illud » du Pape Benoit XV, le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire (CIAM) de la Congrégation des Missionnaires de Scheut a organisé une conférence-débat sur le thème de « L’Eglise au milieu du village : Perspectives missionnaires »,  le vendredi 18 octobre 2019, à la Paroisse Saint Joseph au quartier Matonge à Kinshasa.

Fidèle dans sa tradition de sensibilisation des chrétiens catholiques sur les grands enjeux de l’Eglise universelle en général et celle de la RD Congo en particulier, ladite conférence était pour CIAM une occasion propice en ce mois missionnaire extraordinaire de rappeler aux catholiques de la RDC : « Le grand travail d’éveil de conscience de l’Eglise 100 ans après la publication de Maximum Illud du Pape Benoit XV, publié le 30 novembre 1919 », l’a déclaré le révérend père Prospère Mbumba (Cicm), directeur adjoint du CIAM, lors de son discours de circonstance.

Vue des intervenants dont les professeurs Ndaywel et Mpayembe

Dans son intervention axée sur « l’évaluation du christianisme en RD Congo », le professeur Isidore Ndaywel, historien et coordonnateur du Comité Laïc de Coordination (CLC) a, d’une part, qualifié le christianisme au Congo comme « instrument de lutte pour l’émancipation » et, d’autre part, fustigé la formule tendancieuse de « L’Eglise au milieu du village ». Selon lui, l’Eglise au milieu du village,  voudrait simplement dire que celle-ci ne prend pas position, elle reste désengagée.

« C’est une invention congolaise qui est à mon avis inadmissible. L’Eglise doit être au cœur du village et pas de manière complaisante. Car elle est cet élément qui amène les chrétiens à agir pleinement et de ce fait, il n’est pas question de dosage en estimant qu’il faudrait plus dans un sens que dans un autre », a-t-il ajouté.

Poursuivant ses propos, le professeur Ndaywel a rappelé aussi à l’assistance que la lutte des chrétiens pour la libération de la RD Congo n’est pas une innovation aujourd’hui avec le CLC mais une tradition. Il a de ce fait, appelé l’Eglise à « introduire la culture de protestation dans sa mission ».

Par ailleurs, le révérend père Patience Mpayembe (PSV) qui intervenait peu avant le professeur Ndaywel s’est quant à lui, appesanti sur cette lettre apostolique du Pape Benoit XV en explicitant le contexte historique de sa publication, les points saillants de son contenu et son actualité dans notre temps. En ce qui concerne ce dernier point, le père Mpayembe a plaidé pour une reconversion et un nouvel élan missionnaire dans le monde actuel, dévasté par des guerres et crises multiformes.

Plusieurs chrétiens catholiques venus des paroisses de quatre coins de Kinshasa ont pris part active à ces assisses, riche en connaissances et, ont émis le vœu de voir ces initiatives s’étendre dans les 47 diocèses de l’Eglise-famille de Dieu en RD Congo.

Junior Kitambala

 

 

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :