Professeur P. Missassi : « Me Liyolo, un phénomène dans l’art plastique »

Professeur  P. Missassi : « Me Liyolo,  un phénomène dans l’art plastique »

« Me Liyolo était un phénomène,  une icône de l’art plastique congolais moderne », telles sont les qualifications du professeur Patrick Missassi, arti

L’ouverture officielle de la FAIKIN reportée au mardi 18 septembre 2018
Une exposition d’art contemporain programmée à l’Académie des Beaux-arts du 17 au 23 juin 2018
L’Académie des Beaux-arts a abrité la 1ère édition du festival « Eza possible »

« Me Liyolo était un phénomène,  une icône de l’art plastique congolais moderne », telles sont les qualifications du professeur Patrick Missassi, artiste plasticien, architecte d’intérieur, designer et Directeur général honoraire de l’Académie des Beaux arts. Il rendait ainsi hommage à cette grande figure de l’art plastique, plus précisément de la sculpture congolaise.

Me Liyolo Alfred

   Me Liyolo Alfred

Ambassadeur de l’art congolais

« Maitre Alfred Liyolo est l’équivalent de Tabu Ley, star de la musique, dans l’art plastique. C’était un homme créatif, un visionnaire, un travailleur et un perfectionniste. Me Liyolo a su vendre l’art congolais à travers le monde. De son vivant, Me Liyolo a atteint le plafond de toutes les médailles de mérite en ce qui concerne l’art plastique. Mais il est resté une personne humble. Il est mon modèle en tant qu’artiste bien qu’il ne soit pas de mon domaine. Son esprit créatif et son sens du travail bien fait était pour moi une motivation de croire en mon métier d’artiste », témoigne Patrick Missassi.

Lié à son alma mater jusqu’à sa mort

D’après lui, Liyolo incarnait l’image de l’Académie des Beaux arts. Il portait toujours le fardeau de son alma mater où qu’il soit. « Me Liyolo était très lié à son alma mater, bien qu’il ait été à l’étranger pour des raisons de santé, il demandait toujours des nouvelles de l’académie, du déroulement des cours, etc. Il avait un souci et se sentait redevable à cette institution académique qui lui a tout donné et qui a fait de lui ce qu’il était devenu », confie M. Missassi

Un faible pour le beau

Patrick Missassi et Me Liyolo en visite chez Lutumba

  Patrick Missassi et Me Liyolo en visite chez Lutumba

D’après Patrick Missassi, Me Liyolo était facilement  emballé devant un travail bien rendu et n’hésitait pas à faire des compliments. « Il m’a découvert à travers certaines de mes réalisations, il m’a approché, on a échangé et c’était le début d’une grande amitié que nous avons entretenu jusqu’à sa mort. Me Liyolo m’a appelé presque chaque jour depuis vienne et notre dernier entretient date du 22 mars et 9 jours après, il tire sa révérence », a-t-il confié.

Patrick Missassi garde beaucoup de souvenirs de Me Liyolo et beaucoup de conseils. « Il m’a toujours dit ‘Dans la vie, il faut travailler, n’attends pas de cadeaux’. C’est un bosseur et il l’est resté jusqu’au bout. Malgré son âge, il est resté compétitif, on peut l’observer à travers ses œuvres de ces cinq dernières années. », affirme-t-il

Dans ses relations Liyolo est une personne conviviale, sociable, sensible. Il a un grand respect pour la femme et une grande considération de l’humain et pour la famille.

Des œuvres de Liyolo, le professeur Missassi en a beaucoup qui lui ont personnellement impressionné notamment « le Mirage du Fleuve Congo » (Zaïre à l’époque), « l’Envol », « le Militant » et tant d’autres…

Entre un poisson d’avril et un decès bien réel

« C’était une surprise et un grand choc d’apprendre le décès de Me Liyolo par le canal de sa fille. Cette nouvelle  tombée un 1er avril, a été  perçue comme un poisson d’avril pour la majorité de la population kinoise en particulier et congolaise en général » a concédé le professeur Patrick Missassi. Mais l’ayant appris de la fille du défunt, le professeur Missassi a  pris la nouvelle au sérieux et en a informé les autorités académiques de l’ABA et les proches.

Des funérailles familiales et officielles à Kinshasa

Aux dernières nouvelles, les responsables des funérailles de Me Liyolo prévoient l’arrivée de la dépouille mortelle le vendredi 26 avril 2019, le 28 avril la levée du corps de la morgue à  sa résidence à Mont Ngafula avec une veillée dans un premier temps en famille. Dans la phase officielle, il est prévu la cérémonie académique à l’Académie des Beaux arts le 29 avril 2019, ensuite le corps sera exposé à un endroit qui sera choisi par les autorités nationales. Le 30 avril 2019, une messe de suffrage sera dite à la Cathédrale Notre Dame du Congo dans la commune de Lingwala à Kinshasa.

Pétronelle Lusamba

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :