Processus électoral : Consensus autour de la machine à voter, l’épée de Damoclès sur la tête de Nangaa

Processus électoral : Consensus autour de la machine à voter, l’épée de Damoclès sur la tête de Nangaa

Va-t-on trouver un consensus autour de la machine à voter ? Oui, selon les uns et non, selon les autres. Un cadre de la Majorité présidentielle affirm

RDC : La corruption érigée en système malgré les alertes de l’Episcopat depuis plusieurs décennies
Le départ de Zinedine Zidane du Real de Madrid a valeur de leçon pour les acteurs politiques congolais
Joseph Kabila : « Un intellectuel qui ment est comme un médecin qui injecte de poison à un patient »

Va-t-on trouver un consensus autour de la machine à voter ? Oui, selon les uns et non, selon les autres. Un cadre de la Majorité présidentielle affirme qu’on trouvera un consensus et les congolais iront aux élections, les 23 décembre prochain, avec la machine à voter. Mais dans l’autre camp, celui de l’opposition qui rejette dans son ensemble l’utilisation de la machine à voter aux prochaines élections en RDC, soutient que les congolais iront aux élections à la date prévue dans le calendrier électoral, mais sans la machine à voter. Il est difficile jusque-là à donner une réponse exacte à cette question qui ressemble à l’épée de Damoclès sur la tête de Corneille Nangaa.

 

Katumbi, Bemba et Tshilombo disent non à la machine à voter

Le consensus autour de la machine à voter est aujourd’hui une bombe qui risque de conduire la RD Congo dans le chaos. Celui qui dira qu’on est prophète de malheur ne voit pas loin que son nez et s’il voit loin sans pour autant comprendre ce qui se dessine à l’horizon en RDC, autour de la machine à voter, celui-ci serait dans le secret du diable.

Pendant que le consensus demeure encore loin entre les parties prenantes, le président de la Céni, Corneille Nangaa venait de réceptionner, le 07 octobre 2018, 20 containers contenant des machines à voter dans l’entrepôt de la Céni à Kinshasa/Gombe.

On se rappelle qu’une mission d’audit du fichier électoral par les experts de l’Organisation de Internationale de la Francophonie (Oif) avait présenté les conclusions préliminaires, en séance publique le 25 mai 2018 à Kinshasa, de son audit qui a révélé qu’il y avait 16,6 % des électeurs sans empreintes digitales. L’opposition et la société civile ont demandé à la Céni d’effacer sur la liste ces électeurs, mais jusqu’aujourd’hui, c’est la sourde oreille de l’autre côté de l’institut d’appui à la démocratie qui domine.

Corneille Nangaa sans la machine à voter, il n’y aura pas des élections en RDC

Pendant quelques semaines, la Céni a travaillé avec la fondation britannique « Westminster fondation for democraty » (WFD) et le rapport issu de ces travaux d’évaluation de la machine à voter, le consultant de WFD, Mr Nick Bronson a présenté 15 points importants de cet outil de vote, le lundi 17 septembre 2018  à la salle de conférence de l’immeuble Reine de la paix. Selon le rapport de WFD, il faut désactiver les communications externes ( carte sim et Wifi) jusqu’au moment où celles-ci seront nécessaires, recouvrir tous les ports externes, limiter de 660 le nombre maximum de bulletins autorisés sur chaque machine pour empêcher un excès de vote ; supprimer la fonction d’impression de code QR ; assurer que les bulletins de vote insérés de façon incorrecte ne produisent pas de votes manuels invalides ; limiter les données sur l’USB à la province concernée par l’appareil.

En visite à Kinshasa du vendredi 5 au dimanche 7 octobre 2018, le Conseil de sécurité des Nations unies, par la voix du représentant de la France, François Delattre, a appelé par le dialogue à trouver les voies d’un consensus le plus large possible permettant de créer des conditions d’élections réellement crédibles et transparentes, déroulant dans un climat apaisé. Il a aussi noté que la crédibilité des prochains scrutins ne sera pas l’œuvre de la CENI seule mais bien de l’implication effective des candidats et de leur capacité à mobiliser, à former et à déployer leurs témoins.

Gouvernement, membres du FCC et la Céni soutiennent la machine à voter

Malgré la contestation de l’opposition, de la société civile et de la population qui l’a manifesté lors du match des Léopards contre l’équipe nationale du Zimbabwe le dimanche 14 octobre au stade des Martyrs, Corneille Nangaa Yobeluo tient à gagner son pari grâce à la machine à voter. « Que personne ne vous trompe, le 23 décembre il y aura élections et tout le monde va voter », ne cesse de marteler le président de la Céni partout où il passe.

Gel Boumbe

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :