Pierre Lumbi : « Où sont passés les budgets électoraux de 6 ans ? »

Pierre Lumbi : « Où sont passés les budgets électoraux de 6 ans ? »

Le président national du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR) a enfin parlé avec son cœur d’un homme de 3ème âge. C’était à la clôture de matinée

Deux jours de respect de comportement citoyen au dépôt des candidatures provinciales
Clôture de l’année académique 2017-2018 : L’UCC largue 268 diplômés sur le marché de l’emploi
Les fidèles musulmans ont rendu grâce à Allah par des prières à la clôture de ramadan

Le président national du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR) a enfin parlé avec son cœur d’un homme de 3ème âge. C’était à la clôture de matinée politique de son parti, le dimanche 15 octobre 2017, à son siège dans la commune de Kintambo.

Il a dit : « Notre pays traverse une période très grave, la situation est très critique. Economiquement, le peuple congolais est asphyxié, celui qui avait un salaire de 100$ qui représentait, il y a quelques mois, 92.000 FC est aujourd’hui payé au même montant alors que le même billet de 100$ revient à 156.000 FC. Cela signifie que le salaire de ce Congolais est tombé à presque 59$ et, ce dernier a perdu 41$ de son pouvoir d’achat. Le MSR ne peut pas accepter cette façon de traiter nos frères et sœurs dans un pays qui nous appartient tous. Quelqu’un qui vient de Matadi témoigne qu’il n’y a qu’un seul navire qui a accosté à ce port international depuis plus d’un mois. Quel dilemme ! », a introduit l’autorité morale du MSR.

Il a donné quelques faits concrets : « Dans les hôpitaux, nos compatriotes meurent par manque de moyens pour accéder aux soins médicaux appropriés, certains sont retenus pour n’avoir pas honoré les factures, d’autres sont abandonnés par le corps médical à cause de manque de prise en charge. Un homme est gardé à la morgue pendant deux mois par manque de moyens financiers pour l’enterrer et pendant cette période, la famille, les amis et connaissances n’ont réuni que 200$ qui ne pouvaient pas faire face aux frais des funérailles. Mais aujourd’hui, on vient de majorer le salaire des ministres en lieu et place des gagnepetits que sont les fonctionnaires qui se battent quotidiennement avec la misère », a-t-il expliqué.

Réponse musclée à Nangaa

En réaction à la déclaration de Corneille Nangaa, le président Pierre Lumbi la considère d’un malheureux, un « charlot » en tournage d’un nouvel épisode de son long métrage. « Nangaa agit sans cœur, il est la personne qui devait veiller au grain à l’organisation des élections au nom du peuple, mais il se comporte comme bon lui semble. Si la CENI ne respecte pas la Constitution, le rôle du garant de la loi fondamentale est de lui remettre à l’ordre, sur la bonne voie. La combine se fait trahir. Après les élections de 2011, les députés nationaux ont affecté chaque année, à partir de 2012 jusqu’à aujourd’hui, des fonds pour le budget des élections de 2016 que nous attendons à la fin de cette année 2017. Ce budget de 6 ans ne suffit-il pas pour organiser les élections ? Où est passé cet argent ? A peine qu’il est sorti de sein de sa mère, ce gamin se permet le courage de tromper de millions de Congolais. Il demande de milliards de dollars et de longues années pour organiser les élections, alors que ses prédécesseurs n’ont pas demandé ce montant en cette période pour organiser les élections en 2006 et en 2011. La présidentielle et les législatives étant prioritaires, elles doivent se tenir d’ici le 31 décembre 2017 », a clairement expliqué ce membre influent du Rassemblement.

Les Congolais sur le chemin de Moïse et le peuple d’Israël

« C’est inacceptable, c’est révoltant ! Lorsqu’on laisse les gens s’amuser de la sorte. La CENI n’est pas contrôlée, le gouvernement également. Même si tu es à la mangeoire, il y a un temps pour dire oui et un temps pour dire non, comme me l’a dit le feu prof Samba Kaputo. Aujourd’hui, notre combat est basé sur la générosité et le sacrifice. Le combat est le nôtre, il ne faut pas le laisser à d’autres personnes, nous devons aller jusqu’au bout. Jeune que j’étais à l’internat, je croyais maîtriser la Bible et c’est maintenant où j’ai une calvitie avec quelques cheveux blancs qui me restent sur tête, je commence à comprendre quelques passages bibliques. C’est pour cette raison que je vous rappelle l’histoire de Moïse qui a fait sortir son peuple de l’Egypte et le conduire à la terre sainte d’Israël. Mais, beaucoup se sont révoltés et découragés contre Moïse à cause de la souffrance au cours de leur parcours. Cette histoire de la Bible nous concerne, et si nous avons la foi et la détermination, nous serons capables de mener notre lutte jusqu’à libérer le pays. Si ce que je viens de vous dire vous inspire, mettez-le en pratique jusqu’à la victoire », s’est exprimé le président Lumbi.

Il faut un leadership collectif

Surpris de l’innovation constante au sein du parti, Pierre Lumbi a jeté des fleurs au secrétaire exécutif national du parti, l’honorable Dieudonné Bolengetenge et son équipe : « L’équipe de Bolengetenge est fantastique, elle m’a totalement surpris, chaque jour qui passe, il y a de l’innovation. Un parti basé sur le leadership d’un individu c’est un parti mort avant d’être né. Donc, un parti doit avoir un leadership collectif ».
Après ce mot qui a réduit la salle en silence pour le suivre avec beaucoup d’attention et nourri d’applaudissements à la fin, le président Lumbi Okongo a remis à chaque fédération la clé de contact d’une moto, qui est un outil de travail important. Parmi les présidents fédéraux, il y en avait deux qui étaient venus de Mai-Ndombe et de Kwango.
Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :