Opposition : Les prochains scrutins et la candidature de Kabila, c’est le jour et la nuit !

Opposition : Les prochains scrutins et la candidature de Kabila, c’est le jour et la nuit !

« Joseph Kabila ne veut pas lâcher prise, il tient à rester au pouvoir pour l’éternité », déclare un membre de l’Ensemble pour le changement qui revie

Appel à la retenue de la Monusco face à la montée de la tension politique entre FCC et CASH
Positionnement des candidats à l’élection présidentielle : le combat des partisans commence
Monsenepwo tente de distraire l’opinion sur le nombre d’observateurs déployés par la CENCO

« Joseph Kabila ne veut pas lâcher prise, il tient à rester au pouvoir pour l’éternité », déclare un membre de l’Ensemble pour le changement qui revient sur les différentes déclarations en public, du Secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), Emmanuel Ramazani Shadary. « Après sa déclaration le mercredi 5 mai dernier à Mbandaka où il a dit « Joseph Kabila a été président, Kabila est président, Kabila restera président » de la République, Shadary est revenu à la charge en le déclarant ouvertement sur la radio Top Congo FM, le dimanche 8 juillet, que Joseph Kabila est le candidat du PPRD à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain », a fait savoir le cadre de la plateforme « Ensemble pour le changement ».

Les opposants à Bruxelles

Selon un autre membre de l’opposition, membre du MLC, il y a plus d’une semaine, le secrétaire permanent adjoint du PPRD, Kambere Kalume Ferdinand, avait dit très haut que leur parti a choisi Joseph Kabila comme leur candidat à la présidentielle du 23 décembre prochain, et ils attendent que leur autorité morale se prononce pour confirmer sa candidature. Toutes ces déclarations sont des « bandes annonces » pour préparer l’opinion et voir si la réaction de la population est positive ou négative. C’est pourquoi, l’option prise d’emballer les anciens membres de l’opposition au gouvernement, dans une nouvelle plateforme électorale dénommée Front commun pour le Congo (FCC) est une stratégie pour effacer l’image de la Majorité dans les mémoires des électeurs.

On se rappelle qu’après sa déclaration à Mbandaka, le secrétaire permanent du PPRD avait répondu à ceux qui ont écrit notamment sur Tweeter que « Kabila c’en est fini ! Comprends les choses de ta manière. Nous aussi nous avons notre manière de les comprendre.» Exhibant les moyens financiers dont dispose le parti, il ne cesse d’inviter les militants à se préparer pour les prochaines élections, afin de les gagner à tous les niveaux.

Ramazani Shadary Secrétaire permanent du PPRD, lors de sa tournée à Mbandaka

Ramazani Shadari tient ces propos à ce moment où une vive controverse divise la classe politique congolaise au sujet de l’actuel président Joseph Kabila, dont le second et dernier mandat constitutionnel a expiré en décembre 2016. Du côté de l’opposition, elle ne veut même pas entendre de cette oreille car, elle soutient avec la dernière énergie que Kabila ne peut plus se représenter aux élections prévues au 23 décembre 2018. « Le prochain scrutin par rapport à la candidature de Joseph Kabila, c’est le jour et la nuit. C’est une façon de provoquer un soulèvement populaire qui risque de créer de terribles troubles dans le pays. L’annonceur de la candidature de Kabila sera responsable de ce qui va arriver », déclare un opposant membre de l’UNC.

Dans l’opposition, on parle de la diversion, car la majorité présidentielle se trouve au bout du rouleau que l’on ne peut plus rouler et dérouler à cause de l’usure du temps qui passe. « Les gens de la majorité présidentielle sont terribles dans l’art de distraire. Ils sont champions dans la diversion et, ils savent  entraîner la population dans l’inattention. Lorsque vous les coincez dans un point précis, ils vous emmènent dans un autre point pour brouiller les cartes. Ils disaient être prêts pour les élections, mais ils n’étaient pas capables de déposer leurs candidatures en premier lieu. Même pour la machine à voter, c’est une simple distraction pour chercher à repousser les élections. Ayant compris leurs stratégies, nous allons faire ce qui est conforme à la loi dans tout ce que la Céni demande. Kabila étant le principal problème, la machine à voter n’est que l’un des accessoires qui entourent le processus électoral. Kabila est la crise congolaise, son départ est la solution de la crise. Pour les élections, il espère, mais il ne croit pas ! », a déclaré un autre cadre de la plateforme Ensemble pour le changement, qui soutient la candidature de Moïse Katumbi à la présidentielle.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :