« Monde sans faim » : un nouveau défi de la Caritas diocésaine de Molegbe

« Monde sans faim » : un nouveau défi de la Caritas diocésaine de Molegbe

Le diocèse de Molegbe,  situé dans l’actuelle province du Nord et Sud Ubangi et ancienne province de l’Equateur au Nord de la RDC, à travers sa Ca

Ituri : Caritas Bunia est choisie pour la gestion des dons de la campagne de solidarité du Gouverneur
Caritas Budjala : L’argent destiné aux enseignants volé dans une embuscade
Expulsions des congolais en Angola : Des humanitaires alertent sur une nouvelle crise humanitaire dans les provinces du Kasai
Mgr Dominique Bulamatari au milieu des réfugiés Centrafricains au camp de Mogoro

Mgr Dominique Bulamatari au milieu des réfugiés Centrafricains au camp de Mogoro

Le diocèse de Molegbe,  situé dans l’actuelle province du Nord et Sud Ubangi et ancienne province de l’Equateur au Nord de la RDC, à travers sa Caritas diocésaine fait face à l’afflux massif des réfugiés centrafricains contraints de quitter leur pays en raison des guerres et conflits  qui y règnent ces dernières années.

Intervenant  dans les urgences, cette structure humanitaire de l’Eglise de Molegbe projette investir dans la durabilité avec la mise en place d’un nouveau projet intitulé : « Monde sans faim », en vue de quitter le stade des urgences pour des activités génératrices des revenus afin de favoriser, d’une part, la cohabitation pacifique entre réfugiés et populations autochtones et, d’autre part, booster le développement durable de la province.

Ces informations ont été rapportées à l’agence Dia le lundi 27 août 2018, par le coordonateur de la Caritas diocésaine de Molegbe en séjour à Kinshasa, l’abbé Egide de la Croix Mimba.

Appréciation des progrès réalisés dans l’aide aux réfugiés centrafricains

Il sied de rappeler qu’il y a cinq ans, jour après jour, que les réfugiés centrafricains ont foulé le territoire congolais et dont la Caritas diocésaine de Molegbe assiste. Avec quatre camps dans quatre territoires, plus de 150 000 réfugiés centrafricains sont pris en charge par cette Caritas  à travers son projet AAA. Ce dernier vient récemment d’être clôturé et évalué avec satisfaction par une équipe de la Caritas Congo.

A en croire le coordonateur de la Caritas de Molegbe, « ce projet qui a porté sur l’agriculture (distribution des semences et outils aratoires et appui en conseils techniques), a été financé par le Gouvernement allemand à travers Caritas Allemagne. Il est exécuté par  Caritas Développement  Molegbe avec l’accompagnement du Service Promotion de la  Solidarité et du Partage (SPSP) de  Caritas Congo Asbl ».

« Commencé depuis 2016, ce projet a eu à intervenir successivement dans les territoires de Libenge, Zongo, Gbadolite et Bosobolo. Partout, les impressions sont très bonnes  et satisfaisantes tant de la part des réfugiés que des populations d’accueil et des autorités politico-administratives. Les bénéficiaires ont effectivement semé les semences reçues et suivi  scrupuleusement les conseils techniques donnés en pratiquant le semis en ligne et l’assolement (une parcelle déterminée pour chaque culture). Ils ont également regroupé  leurs champs sur des larges étendues de terre que les autorités locales leur ont généreusement octroyées. Cette approche crée l’émulation et incite chaque bénéficiaire à s’adonner à ses tâches pour faire bonne figure », a-t-il renchéri.

« Un monde sans faim » : un nouveau champ de bataille de la Caritas Molegbe

Après assistance ponctuelle de ces réfugiés, la Caritas Molegbe projette d’intervenir dans la durabilité afin de faire bénéficier aussi les communautés locales ou des familles d’accueil sur le projet après le départ de ces réfugiés. Il a pour priorité la sécurité alimentaire, la promotion des associations et du développement durable. Bref, le passage des urgences à l’autonomisation ou à la durabilité en vue d’une cohabitation pacifique entre réfugiés et familles d’accueil.

Apport de son excellence Mgr Dominique Bulamatari

Les Caritas sont des instruments de l’évangélisation et de la doctrine d’Eglise. « C’est dans ce sens que les Evêques sont des présidents d’office, ils sont des pères de la charité. Mon évêque, Mgr Dominique Bulamatari, avec qui on a collaboré ça fait 5 ans, intervient non seulement pour mon diocèse, mais aussi faut-il le souligner, il est le point focal de la province ecclésiastique de Mbandaka-Bikoro. »

En plus « Mgr Bulamatari est à cheval, il travaille bien avec nous et il s’intéresse trop à ce sujet et il a même nommé un père aumônier des réfugiés Centrafricains en vue de veiller à la spiritualité des réfugiés au camp d’Inke. Dans le cadre de la mission et vision de la Caritas, Mgr Bulamatari va lui même de temps en temps aux camps des réfugiés pour dire les messes et pas plus tard que le mois passé il s’est joint à une équipe de la Caritas Congo en mission de suivi à Molegbe, pour palper du doigt les réalisations que nous faisions sur le terrain », a rapporté l’abbé Mimba à Dia.

Junior Kitambala

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :