Moise Katumbi se signale pour l’élection présidentielle de 2018

Moise Katumbi se signale pour l’élection présidentielle de 2018

Moïse Katumbi, ancien gouverneur de l’ex-province du Katanga, a annoncé sa candidature pour la présidentielle de décembre 2018, le lundi 12 mars 2

BRIEFING DE LA CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO (CENCO) SUR LA SITUATION DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
Candidat commun de l’opposition, Martin Fayulu n’a jamais pactisé avec Kabila
Message de l’Assemblée Episcopale Provinciale de Kananga à l’Eglise et à la population du Grand Kasayi
Moïse Katumbi

Moise Katumbi salué par Joseph Kabila

Moïse Katumbi, ancien gouverneur de l’ex-province du Katanga, a annoncé sa candidature pour la présidentielle de décembre 2018, le lundi 12 mars 2018, à l’issue d’un conclave de trois jours organisé en Afrique du Sud, à son initiative.

Moïse Katumbi a été porté à la tête du mouvement électoral « Ensemble » par les participants, avec comme objectif de gagner aux prochaines élections. Les participants étaient essentiellement des membres des  « Forces politiques du changement » regroupant  les partis  politiques membres  de  l’Alternance  pour la République (AR) et  ceux du G7, deux  plates-formes  de  l’opposition politique de la RDC

Le candidat président de la république, Moïse Katumbi a présenté son programme qui s’étale sur plus de 500 pages reparti en quatre piliers, à savoir la consolidation de l’Etat, de la démocratie et de la paix ; la valorisation du capital humain ; la relance de la croissance, diversification de l’économie et la création d’emplois et la lutte contre le changement climatique.

Au sujet du troisième pilier, Moïse Katumbi dit vouloir créer 3,5 millions d’emplois, s’il est élu. Il prévoit également la mobilisation de 100 milliards de dollars pour relancer  le pays. Ayant évolué dans le sérail de Joseph Kabila durant plusieurs années, il sait certainement comment mobiliser ces fonds à partir des ressources naturelles du pays, cependant comme il y aura l’opacité dans la gestion comme d’habitude, il y a de fortes chances qu’il gagne plus que le pays.

Le peuple congolais est habitué de promesses non tenues par sa minable classe politique. « Cinq chantiers »,  « La révolution de la modernité », « Plus rien ne sera comme avant » sont restés de vains slogans qui n’ont rien apporté au peuple.

Comme les Evêques recommandent au peuple congolais de demeurer débout et vigilant, il est bon pour ce dernier de ne pas tenir compte de ces promesses qui, en définitive, n’auront aucun impact dans le sens de l’amélioration de ses conditions de vie.

JR Bompolonga

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :