Ministère de l’Environnement : L’Atelier sur la mise en œuvre du projet de Nagoya, un bond sur l’APA

Ministère de l’Environnement : L’Atelier sur la mise en œuvre du projet de Nagoya, un bond sur l’APA

La Direction du développement durable du Ministère de l’Environnement et Développement Durable (MEDD) a officiellement lancé un atelier sur le projet

Le président sud-africain a foulé le sol congolais
Le Gouverneur Gentiny Ngobila lance le concours « Quartier le plus propre de sa commune »
Le Festival du film européen 2018 gagne les provinces

La Direction du développement durable du Ministère de l’Environnement et Développement Durable (MEDD) a officiellement lancé un atelier sur le projet de mise en œuvre effective du processus d’Accès et de Partage des Avantages-APA-en RDC. L’atelier avait pour thème : « Mise en œuvre effective de l’Accès aux ressources génétiques et Partage des Avantages (APA) conformément au protocole de Nagoya et à la valorisation des plantes à valeur ajoutée en RDC ».

Les gorilles au Parc de Virunga

L’atelier s’est tenu en un jour, le jeudi 22 février 2018, à la paroisse Sacré-Cœur à Gombe, avec deux sessions. La session du matin consacrée à la séance d’ouverture et aux présentations sur le Protocole de Nagoya et sur les grandes lignes du projet. Pour cette session, Mme Chantal Nkey, point focal d’Accès et Partage des Avantages (APA) et Monsieur Adamou Bouhari du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) se sont succédés sur le podium. On a noté aussi la présence, parmi les participants, des délégués du Ministère de la Santé, du Département de Biologie de l’l’Unikin, de l’INERA, de FAO, de la Fondation BDA (Biotechnologie pour le Développement durable en Afrique) de Mme Carole Robert, de Mme le professeur Nadège Ngombe et la camerounaise Mme Nadège.

La session de l’après-midi consacrée aux travaux des groupes, les participants se sont constitués en trois groupes, appelés tous à identifier les activités à réaliser en 2018 ; à identifier les éventuels obstacles dans la mise en œuvre du projet ; à identifier les voies et moyens pour contourner les obstacles éventuels. Et enfin, la fin de la journée a été consacrée à la restitution des travaux de groupes dont la Composante I était axée sur le « Cadre légal et règlementaire », la Composante II sur le « Renforcement des capacités » et la Composante III sur la « Conservation et valorisation des plantes médicinales, cosmétiques… ».

Dans son mot d’ouverture de la séance, le directeur de cabinet du ministre a souhaité la bienvenue à tous les participants, tout en transmettant la chaleureuse salutation de son ministre qui suit, avec une attention soutenue, la mise en œuvre des engagements internationaux que notre pays prend dans le secteur de l’environnement et en particulier celle de la biodiversité.

Un grand arbre dans la forêt de la RDC

Il a souhaité la bienvenue à Kinshasa du représentant du Fonds Mondial pour l’Environnement, du Rain Forest Alliance et du Programme des Nations Unies pour l’Environnement et a félicité l’ONG-Action d’Aide sanitaire et de Développement aux plus démunis (ONG-AASD) qui a consenti des efforts pour rendre possible cette manifestation en tant que porteur du projet.

« Au cours de ces assises, il sera question de vous présenter l’objectif, le contexte, les résultats attendus et les activités qui y seront entreprises », a dit le représentant du ministre, avant d’ajouter que « La RDC se félicite de l’intégration des questions de l’APA et de la valorisation de plantes à valeur ajoutée dans nos documents des priorités nationales sur la gestion de la biodiversité tels que, la stratégie nationale et plan d’action de la biodiversité révisée et la Loi n° 14/003/ du 11 février 2014 relative à la conservation de la nature ».

Il a conclu en souhaitant que les trois composantes du projet corroborent avec la feuille de route nationale sur la mise œuvre du Protocole de Nagoya sur l’APA en RDC en exhortant tous les experts participant à cet atelier de faire preuve de créativité et d’innovation pour formuler des propositions concrètes et pertinentes.

Objectif du Protocole de Nagoya

L’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages découlant de leur utilisation constitue un des trois objectifs de la Convention sur la Diversité Biologique à laquelle la RD Congo fait partie depuis 1994. Un protocole spécifique traitant de l’APA a été adopté à Nagoya au Japon en octobre 2010, il est entré en vigueur en octobre 2014 et ratifié par la RDC en avril 2015.

Une rivière serpentée traversant la forêt à biodiversité

Le Protocole de Nagoya est le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques, notamment grâce à un accès satisfaisant aux ressources génétiques et à un transfère approprié des technologies. De son côté, l’APA constitue une opportunité susceptible de contribuer à la conservation et à l’utilisation durable de la biodiversité mais aussi, à la lutte contre la pauvreté.

En ce qui concerne le projet, son objectif est de renforcer les capacités nationales pour la mise en œuvre effective du Protocole de Nagoya sur l’accès aux ressources génétiques, le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation, de contribuer à la conservation de la biodiversité et bien-être humain en RDC.
Objectif de l’atelier

Selon ses termes de référence, l’objectif général de l’atelier est de présenter le projet : « Mise en œuvre effective du processus de l’APA en RD Congo » aux principaux acteurs, de contribuer à orienter et à faciliter l’élaboration des documents dudit projet et de planifier les activités qui seront menées cette année.

Gel Boumbe

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :