Mémoire obligatoire de Marie Notre-Dame des Douleurs à la prison de Makala

Mémoire obligatoire de Marie Notre-Dame des Douleurs à la prison de Makala

15 septembre, jour solennel pour les frères et sœurs paroissiens de l’aumônerie Marie Notre- Dame de douleur du centre pénitentiaire et de rééducation

Marie Notre-Dame de douleur : fête patronale de l’aumônerie du centre pénitentiaire de Makala
Mme Sephora Biduaya : « A la prison de Munzenze, à Goma, nous n’avions droit au repas qu’une seule fois le mois »
Uvira : Deux journalistes détenus depuis 6 mois, et accusés de « coopérer » avec un groupe armé

15 septembre, jour solennel pour les frères et sœurs paroissiens de l’aumônerie Marie Notre- Dame de douleur du centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK) qui célèbrent la fête patronale de leur aumônerie ainsi que ses 28 ans d’existence en tant qu’église.

C’est depuis la restauration liturgique de St Pie X en 1914, que la Liturgie de l’Église nous invite à faire mémoire des douleurs de la Vierge Marie, Mère de notre Sauveur chaque 15 septembre. Ceci est un jour particulier pour l’aumônerie de la prison centrale de Kinshasa qui a pour dévotion la foi dans les douleurs.

aumônerie de Makala

aumônerie de Makala

Tombé un vendredi, la commission paroissiale de l’aumônerie, en collaboration avec l’association les Amis de la Prison (ADP) ont décidé de célébrer la fête patronale le dimanche 17 septembre 2017 pour bien marquer cette date.

Après une messe d’action de grâce un agapè a été partagé entre paroissiens et membres de l’ADP dans la cour de l’aumônerie.

Une fête assez moindre par rapport aux années précédentes suite aux diverses raisons soulevées par les membres de l’ADP : « Nous n’avons pas célébré cette année la fête patronale qui est aussi l’une de nos deux grandes fêtes annuelles comme nous le voulions. Les deux grandes raisons sont la conjoncture de notre pays mais aussi la période de déstabilisation des activités en prison après les évasions du mois mai dernier », affirme un membre de l’ADP

Pour leur part les paroissiens de Marie Notre-Dame de douleurs ont été reconnaissants à Dieu qui leur manifeste son amour et sa miséricorde à travers les frères et sœurs de l’ADP et des autres mouvements de l’Eglise qui ne cessent de penser à eux.

Prisca Materanya

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :