Membres de famille et proches traumatisés par les décès douloureux des cancéreux

Le cancer est une maladie qui tue lentement et dans la douleur laissant la famille dans le désarroi de l'échec après tant d'efforts pour faire face au

Lambert Mende doit bien lire les textes avant de s’attaquer à l’Eglise
Le catéchisme de l’Eglise catholique répond à un vrai besoin de l’Eglise
Comme le Pape au Vatican, la CENCO prie pour la Paix en RDC à Kinshasa

Le cancer est une maladie qui tue lentement et dans la douleur laissant la famille dans le désarroi de l’échec après tant d’efforts pour faire face au drame. La famille de Marie-Jo, nom d’emprunt d’une malade décédée ce lundi 30 juillet 2018,  se remet difficilement de l’épreuve.

Deux interventions chirurgicales infructueuses et des soins infirmiers pendant six mois ont fortement grevé les finances non seulement du foyer mais aussi de la famille élargie tant du mari que de l’épouse. Presque tout le monde a du mettre la main à la poche alors que d’autres se sont impliqués personnellement dans les soins. Tous les proches, parents, conjoint, frères et sœurs, beaux-frères et belles-sœurs, grands enfants et les touts petits et même les amis de la défunte sont sortis traumatisés de cette longue épreuve douloureuse.

Des soins palliatifs à Kinshasa et plus discrètement l’euthanasie évoqués autour du malade

Deux grandes observations de défaillances  préoccupent  les proches des malades du cancer ; le manque de soins palliatifs pour les malades incurables et des services pour l’acceptation de la mort par l’interruption des soins. La mort   ne concerne que les vieillards selon la tradition locale. Les membres de la famille  cherchent vainement où sont fournis dans la capitale des soins palliatifs. Les milieux hospitaliers ne les offrent pas aux malades et surtout ne disposent pas de pavillons pour ce genre de situation, tout compte fait, les prix sont prohibitifs. La question d’euthanasie est évoquée de façon déournée et cela jamais en présence de la malade. La loi congolaise ne le permet pas. De plus, les familiers de la malade  assistent des personnes qui  refusent de baisser les bras jusqu’au bout. Dans les pays qui pratiquent l’euthanasie, une situation pareille  incite les proches à faire pression sur la malade. La RDC, par contre,  protège ses citoyens jusqu’à l’approche de la mort.

L’Église au secours des familles dépassées et désemparées

Toutefois, seule l’Eglise catholique en RDC, précisément  dans l’archidiocèse de Kinshasa, offre ses services par son œuvre ‘Accompagnement des malades’. Celle-ci   vient au secours des familles pour des malades de longue durée et abandonnés des proches. Conseils et assistance sont donnés aux familles chrétiennes ou non.

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :