Mécontentement blasé face à la quatrième augmentation du prix du carburant

Mécontentement blasé face à la quatrième augmentation du prix du carburant

Jusqu'à ce mercredi 3 octobre 2018, Kinshasa, à l'image du reste du pays, n'a pas enregistré de mouvement de grande ampleur de grogne depuis l'annonce

La population invite les ministres à ne plus prendre des décisions qui restent des lettres mortes
Prix du carburant
Deux révisions du prix de carburant en un mois à Kinshasa

Jusqu’à ce mercredi 3 octobre 2018, Kinshasa, à l’image du reste du pays, n’a pas enregistré de mouvement de grande ampleur de grogne depuis l’annonce de la quatrième augmentation du prix du carburant à la pompe. Toutefois une certaine montée de mécontentement est perçue principalement chez les transporteurs, chauffeurs de taxi et motards. La population blasée, particulièrement les femmes au foyer, se contente d’exprimer sa grogne à voix basse devant l’augmentation du panier de la ménagère.

Réaction graduelle de résistance du secteur informel

Opérateurs économiques informels

Opérateurs économiques informels

Les acteurs du secteur informel à Kinshasa, qui comptent le plus grand nombre d’opérateurs économiques à la base n’ont pas changé leur comportement depuis le changement du prix de carburant. Ils augmentent régulièrement le prix de produits agricoles et autres services offerts au public. « De ce fait, se désole Mme Françoise, fonctionnaire enseignante, les vendeurs ne sont pas surpris par l’érosion monétaire car ils anticipent de façon systématique sur les prix. Je m’efforce de m’adapter au fur et à mesure ». Elle attend, résignée, la flambée de prix après les premières pluies de fin octobre.

Un cri dans le désert des défenseurs des consommateurs

Le carburant a augmenté pour la quatrième fois en une année. Quelques associations de défenseurs de consommateurs ont élevé la voix pour exprimer leurs mécontentements par des communiqués de presse. Ces mouvements d’humeur semblent des cris dans le désert des millions de consommateurs que sont les Kinois. Les activistes de défense des consommateurs se contentent d’évoquer des mesures d’accompagnement comme l’allègement de la fiscalité pétrolière. Dans la structure des prix, le gouvernement n’a pas prévu une baisse de ses prélèvements et taxes. Il craint une chute de revenus pour l’Etat.

Une pratique de contournement des transporteurs au préjudice du public

Motos  et  taxis bus

Motos et taxis bus

Les transporteurs, plus de 10.000 chauffeurs de taxis et motos de Kinshasa, au vu du nombre des numérotations officielles, se sont contentés de pousser quelques grognements de dépit. Il n’ y a pas de coups de gueule comme les fois précédentes. Désormais, ils s’adonnent à cœur joie dans la fragmentation des courses. De façon implicite, ils ont recommencé la pratique de surcharge avec deux passagers à côté du chauffeur. Le public s’est résigné. Le comble, les agents de la Police de roulage ferment les yeux devant les violations les plus flagrantes des chauffeurs parfois contre des « libéralités » douteuses;

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :