Marche réprimée du 21 janvier : des chrétiens motivés par l’homélie du jour

Marche réprimée du 21 janvier : des chrétiens motivés par l’homélie du jour

Comme le 31 décembre 2017, des chrétiens catholiques étaient de nouveau dans la rue ce dimanche 21 janvier 2018. Ils exigent l’application intégrale d

Processus électoral en RDC : Le CLC plus que jamais déterminé
A Bruxelles, des leaders de l’opposition exigent des élections conformément à l’Accord de la Saint Sylvestre
L’enlèvement d’un prêtre n’offre aucune solution à la situation actuelle en RDC

Comme le 31 décembre 2017, des chrétiens catholiques étaient de nouveau dans la rue ce dimanche 21 janvier 2018. Ils exigent l’application intégrale de l’accord de la Saint Sylvestre, l’unique feuille de route pour la tenue des élections crédibles, gage d’une première alternance pacifique au sommet de l’Etat en RDC.

Répression de la marche du 21 janvier 2018

Répression de la marche du 21 janvier 2018

Dans l’archidiocèse de Kinshasa, la quasi-totalité des paroisses ont répondu positivement au second appel du Comité laïc de coordination, CLC. Cette structure des laïcs catholiques de l’archidiocèse de Kinshasa s’inscrit dans la logique de deux derniers messages des évêques de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, Cenco, pour dénoncer des entorses que subit l’accord de la Saint Sylvestre.

A la Paroisse Saint Adrien de la commune de Ngaba située dans le sud-est de la ville province de Kinshasa, l’ambiance était à son comble. Tout a commencé par la célébration eucharistique truffée d’ovations, suite à l’homélie du jour tiré du livre de Jonas et de la première lettre de Paul aux Corinthiens ainsi que de l’évangile selon Saint Marc. L’officiant du jour s’est beaucoup appesantit sur le livre de Jonas lorsqu’il fut envoyé à Ninive. Il en a fait un parallélisme avec la situation socio-politique qui prévaut actuellement en RDC. Le message parvint à captiver et hypnotiser l’assemblée. Et cette dernière apprit donc avec succès que la persécution des prophètes et hommes Dieu ne date pas d’aujourd’hui, à cause de leur vérité et franchise.

Juste après la bénédiction finale, d’autres chrétiens et militants de mouvements citoyens avaient déjà pris d’assaut l’enceinte paroissiale, entonnant des chants. Le décor était bien planté pour emprunter l’itinéraire de la marche, prévu entre les avenues Kianza en passant par la place super Lemba pour chuter à la Foire internationale de Kinshasa (FIKIN).
Soudain, les agents de l’ordre commis aux alentours de la paroisse surgissent et lancent de gaz lacrymogène pour disperser les fidèles à peine sortis de l’église.

Malgré la violente répression leur réservée par la police, les manifestants n’ont pas cédé à la peur. Ils ont changé d’itinéraire pour utiliser les voies secondaires. La foule rangée a pris la direction des avenues Kisangani et Kikwit, toujours dans la commune de Ngaba, marchant et entonnant des chants catholiques, brandissant des chapelets et autres effigies de Saints patrons catholiques. Il est important de signaler que la détention des chapelets et autres symboles de l’Eglise était une condition sine qua none, et donc une aubaine pour les vendeurs de ces objets. Ces symboles n’ont pas trainé à devenir rares sur ce marché occasionnel de fortune.

A leur arrivée au point de ralliement, la foire internationale de Kinshasa, FIKIN, ce fut une belle rencontre étant donné que deux autres paroisses voisines, en l’occurrence, Saint Augustin et Notre Dame d’Afrique de Lemba, étaient aussi parvenues à atteindre ce lieu. Malheureusement, c’étaient sans compter avec la violence des forces de sécurité qui ne leur ont pas laissé deux minutes pour transmettre leur message. Les agents de l’ordre ont à leur tour transmis aux manifestants le leur sur fond de tirs à balles réelles et gaz lacrymogène. Il y a eu sur place un mort, une dizaine des blessés et quelques arrestations.

Junior Kitambala (stagiaire)

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :