L’UNESCO préconise la préservation de la langue maternelle

L’UNESCO préconise la préservation de la langue maternelle

Dans le cadre de la journée internationale de la langue maternelle, l’Unesco a retenu cette année 2018 le thème : « Préservation de la diversité lingu

UNESCO : « prévenir l’extrémisme violent par l’éducation, la liberté d’expression et l’éducation aux médias »
Presse numérique: Défis, rôle et perspective
« Marche de vulgarisation de la lecture » à Kinshasa

Dans le cadre de la journée internationale de la langue maternelle, l’Unesco a retenu cette année 2018 le thème : « Préservation de la diversité linguistique dans le monde et promotion du multilinguisme en vue de réaliser les objectifs de développement durable »

Mme Audrey Azoulay, directrice générale de l’Unesco

             Mme Audrey Azoulay, directrice générale de l’Unesco

Dans son message à l’occasion de cette journée, la directrice générale de l’Unesco, Mme Audrey Azoulay a rappelé les engagements de l’Unesco en matière de défense et de promotion des langues. « Une langue est bien plus qu’un moyen de communication : c’est la condition même de notre humanité. En elle se sédimentent nos valeurs, nos croyances, notre identité. Grâce à elle se transmettent nos expériences, nos traditions et nos savoirs ».

Dans son allocution, Mme Audrey Azoulay a indiqué que l’Unesco soutient les politiques multilingues, notamment dans les pays multilingues, qui valorisent les langues maternelles et autochtones. « Elle recommande l’usage de ces langues dès les premières années de scolarisation : car un enfant n’apprend jamais mieux que dans sa langue maternelle », a-t-elle martelé.

« Chacune et chacun doit promouvoir, quelle que soit sa langue première, avoir accès aux ressources du cyberespace et y constituer des communautés d’échange et de dialogue, c’est aujourd’hui l’un des enjeux majeurs du développement durable, au cœur de l’Agenda 2030 de l’Organisation des Nations Unies », a exhorté Audrey Azoulay.

Controverse sur le concept langue maternelle

Il y a beaucoup de débat autour de ce concept »langue maternelle ». Pour certains, la langue maternelle est en fait le dialecte, ou la langue locale du village d’origine de ses parents, pour d’autres c’est la langue parlé dans son environnement immédiat, etc

Voici la bonne explication: La langue maternelle dite aussi langue native ou langue première (versus langue étrangère) est la première langue apprise à la personne dans la petite enfance, autrement dit, c’est la langue qui est parlée à l’enfant à la maison même avant qu’il apprenne à parler. Il s’agit de la langue que l’enfant comprend avant de commencer l’école. Par ailleurs, la langue maternelle est celle qui est parlée par les natifs du pays où la personne habite.

Journée internationale de la langue maternelle

           

La langue maternelle est surtout celle que l’individu assimile et comprend mieux, au sens d’une valorisation subjective qu’il fait par rapport aux langues qu’il connait. Il s’agit aussi de la langue acquise de manière tout à fait naturelle par le biais de l’interaction avec l’entourage immédiat, sans intervention pédagogique et sans une réflexion linguistique consciente.

D’après les théories de Noam Chomsky et d’autre linguistes, la langue maternelle peut s’apprendre jusqu’à l’âge de douze ans. Après cette étape, les dextérités linguistiques du parlant sont différentes et toute langue apprise est considérée une deuxième langue

Il y a certains cas où l’enfant apprend deux langues en même temps, c’est-à-dire, deux langues lui sont parlées aussi souvent, afin qu’il les apprenne, les comprenne et les utilise à la même fréquence. Il adopte alors deux langues maternelles. Cela a lieu, par exemple, dans le cas des descendants directs de parents immigrés (l’enfant apprend la langue des parents et celle du pays d’accueil). Dans ce cas, il n’est pas bon aux parents en RDC, particulièrement à Kinshasa, d’interdire par exemple aux enfants d’apprendre le lingala, langue parlée dans leur milieu de vie.

Historique

En novembre 1999, la Conférence générale de l’UNESCO a adopté la résolution 37 recommandant des mesures pour promouvoir le multilinguisme, y compris en promouvant un accès universel au cyberespace et le multiculturalisme sur les réseaux d’information mondiaux.

En l’an 2000, la Journée internationale de la langue maternelle a été célébrée pour la première fois. Dans un message lu au cours de la cérémonie de la première manifestation, le Secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan a apporté son soutien à la Journée internationale de la langue maternelle qui, a-t-il dit, fait prendre conscience à tous les peuples de la valeur des langues. Réaffirmant l’importance primordiale de préserver la diversité des langues, le Secrétaire Général a appelé à des efforts accrus pour préserver les langues en tant que patrimoine partagé de l’humanité.

Pétronelle Lusamba

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :