L’OMS met en garde contre la résistance aux antibiotiques

L’OMS met en garde contre la résistance aux antibiotiques

Du 13 au 19 Novembre 2017, le monde célèbre la semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques. Le thème retenu pour cette année est « Demandez t

Ebola en RDC : l’épidémie ralentit, l’OMS préqualifie un vaccin
Ebola : Premier cas confirmé à Goma
Kinshasa: Le forum sur la vaccination pour protéger les enfants des maladies infectieuses en RDC a vécu

Du 13 au 19 Novembre 2017, le monde célèbre la semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques. Le thème retenu pour cette année est « Demandez toujours conseil à un professionnel de santé qualifié avant de prendre des antibiotiques ».

Prise des antibiotiques

Prise abusive des antibiotiques

A l’occasion de cette commémoration, certaines professionnelles de santé ont réagi par rapport au thème. Le pharmacien Alain Mayele, a constaté que ces derniers temps,  il y a une augmentation abusive de prise des antibiotiques par les patients. Car certains patients s’en procurent à la pharmacie muni des ordonnances prescrites par un médecin et d’autres font l’automédication alors que cette pratique est déconseillée.

Mme Cécile M, infirmière dans un Centre Médical de la place, quant à elle, reçoit souvent plusieurs cas de maladie liée aux infections qui provoquent des maladies difficiles à soigner à cause d’une consommation abusive des antibiotiques. Cela rend la tâche difficile aux personnels soignants. « Il faut que la population prenne conscience, car la prise abusive des antibiotiques ou n’importe quel produit nuit à la santé », a-t-elle lancé.

Dans son message à l’occasion de commémoration, Dr Matshidisa Moeti, la directrice régionale de l’OMS indique que les antibiotiques sont des médicaments utilisés pour prévenir et traiter les infections bactériennes chez l’homme et chez l’animal. Cependant, les antibiotiques risquent de perdre leur efficacité non seulement à cause d’une  prescription et  dispensation excessives par les professionnels de la santé, d’un mauvais usage par les patients par exemple quand ils ne suivent pas les conseils reçus des professionnels de la santé, d’un usage excessif dans l’agriculture et l’élevage, d’un contrôle inadéquat des infections, mais également faute de nouveaux antibiotiques.

Elle a souligné que la résistance aux antibiotiques survient lorsque les bactéries (et non les êtres humains ou les animaux) deviennent résistantes aux principes actifs des médicaments. Les bactéries résistantes aux antibiotiques peuvent alors infecter l’homme et l’animal. Elles rendent les infections plus difficiles à soigner, prolongent la durée des traitements, les rendent plus coûteux, allongent la durée des hospitalisations, réduisent la productivité et accroissent la mortalité.

« Il y a néanmoins  de l’espoir et la tendance peut être inversée si les pays s’engagent effectivement et prennent le devant pour stimuler l’action dans toute la société, du public à l’industrie des soins, en passant par les gouvernements et ses échelons  local, national et international. Les mesures essentielles à prendre comprennent la surveillance étroite des infections résistantes aux antibiotiques, la réglementation de l’utilisation appropriée des médicaments de qualité et la mise en garde du public contre les dangers d’une mauvaise utilisation des antibiotiques. Les patients ne devraient utiliser des antibiotiques que s’ils sont prescrits par un professionnel de santé qualifié», a dit Dr Moeti.

Gladys Bundu (stagiaire)

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :