L’Ituri en proie à l’insécurité, le Président Félix Tshisekedi à Bunia et à Djugu

L’Ituri en proie à l’insécurité, le Président Félix Tshisekedi à Bunia et à Djugu

En visite à Bunia dans la province d’Ituri depuis le dimanche 30 juin pour commémorer la fête de l’indépendance de la RD Congo, le Chef de l’Etat Féli

Diocèse de Bunia : Mgr Justin Zanamuzi nommé à la tête de la Caritas diocésaine
La CENCO attire l’attention de l’ONU sur la nécessité d’une aide humanitaire d’urgence en RDC
Un vol de bétail à la base des conflits ethniques meurtriers en Ituri

En visite à Bunia dans la province d’Ituri depuis le dimanche 30 juin pour commémorer la fête de l’indépendance de la RD Congo, le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi s’est rendu dans le Territoire de Djugu, en Ituri, pour écouter la population et s’enquérir de la situation sécuritaire et humanitaire en vue de juguler l’insécurité et ramener la paix durable, apprend-on des Twits de la présidence de la République.

Le président de la République de la RDC

De retour à Bunia, le Président de la République Félix Tshisekedi a, dans son point de presse tenu ce mardi 02 juillet développé plusieurs aspects, notamment les réticences de la ministre du portefeuille sur ses ordonnances des nouvelles autorités à la Gécamines et à la SNCC, il assure que ces ordonnances “seront appliquées”. Il a rejeté la proposition de Martin Fayulu pour la création d’une institution dénommée haut conseil national des réformes institutionnelles. “Les réformes ont des endroits pour être discutées. Martin Fayulu est un élu (député). En allant au parlement, il peut emmener ce projet. Nous sommes en démocratie”, a déclaré le président Félix Tshisekedi.

A propos de la fermeture de la RTVS1, il a déclaré : « Je n’ai pas pris cette décision. Lorsqu’on m’a informé de RTVS1, on m’a dit que cette chaîne s’est illustrée dans les appels à la haine. Je ne peux pas confirmer, lorsque je serai à Kinshasa je vais suivre. On m’a dit que la justice sera saisie. A mon avis, c’est l’Etat qui fonctionne. »

Parlant de l’Ituri le Chef de l’Etat a été clair dans ses propos : « Manifestement ça ressemble à une tentative de génocide, on voulait pousser la province de l’Ituri à s’embraser, à mener des événements malheureux comme le génocide qu’on a connu dans notre région de Grands lacs.  Et maintenant le plus important c’est de savoir qui est derrière tout ça, et ça je ne lâcherai pas, j’irai jusqu’au bout pour connaître la vérité », a dit Félix Tshisekedi.

Devant la presse, le président de la République a tendu la main aux milices : « J’ai cru comprendre que les FRPI étaient tournées vers la paix. A partir du moment où ils regardent dans la même direction que nous, ils deviennent les interlocuteurs valables. Je leur envoi le message suivant : revenez à la raison. Déposez vos armes, sans conditions au préalable. La main vous est tendue. C’est votre pays, vous y avez une place, à condition de vous adonner à des activités légales », a lancé Félix Tshisekedi qui a soutenu qu’ « Il n’y a plus du tout des raisons de continuer dans vos activités nuisibles pour la société. Revenez à la maison. Parce qu’aujourd’hui nous sommes en train de nous battre pour que l’autorité de l’Etat soit active et présente sur tout l’ensemble de notre territoire. Il n’y a plus de raison de s’organiser en milice d’autodéfense. »

Djugu, territoire de la peur

Djugu, village Lita

Devenu le théâtre des violences qui ont causé depuis avril plus de 150 morts et environ 300 000 déplacés, le Chef de l’Etat a promis son implication personnelle pour le retour de la paix en Ituri. Accompagné de Vital Kamerhe, son directeur de cabinet, Félix Tshisekedi a parcouru un trajet de 75 km qui l’a couté deux heures sur une route en terre battue pour atteindre Djugu, le lundi 1er juillet.

Après avoir écouté une population traumatisée qui l’a accueilli avec liesse, Félix Tshisekedi a, à Djugu, enregistré des plaintes des compatriotes qui souhaitent vivement le retour de la paix. Ces derniers ont quitté leurs maisons pour passer nuit à la belle étoile de peur d’être tués par l’ennemi. La déclaration de Florentin, père de quatre enfants, est la plus illustrative devant le Chef de l’Etat.   « Moi je suis un habitant de Djugu. Nous avons un problème, nous voulons la paix. Nous avons quitté nos maisons. Nous passons la nuit dans la forêt à cause de l’insécurité. Si nous dormons dans nos maisons, l’ennemi peut venir nous tuer », a-t-il  raconté.

Pour répondre aux préoccupations très cruciales de cette population qui vit dans l’insécurité,  le président de la République s’est adressé aux habitants de Djugu, le même message que celui fait sur la tribune de Mbuya à Bunia : « Il faut qu’il y ait l’amour entre vous. Cette région appartient à tous les ituriens. Aucun Iturien ne peut rejeter un autre Iturien. Il y a de la place pour tout le monde. »

Félix et Vital

Il a donné une lueur d’espoir en promettant à la population son implication personnelle pour le retour de la paix. « Pour ce qui est de la sécurité, l’armée va rester ici jusqu’au jour où il n’y aura plus un coup de feu ici. Nous mettrons des moyens et de l’intelligence pour mettre fin à ce phénomène d’assaillants », a déclaré le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

Concernant la réunion tenue par les principaux acteurs concernés, pendant plus de deux heures, le Chef de l’Etat a instruit aux autorités locales, les chefs coutumiers et les représentants de différentes communautés locales afin de prendre des mesures préventives nécessaires évitant la récurrence de ces désastres.

Le même message a été adressé à la population du centre commercial Iga-Barrière, situé à 25 km de Bunia où il s’est arrêté sur son chemin de retour.

La réaction de WFP en RDC ne se fait pas attendre

Dans son communiqué publié ce mardi 2 juillet, l’Agence onusienne basée à Rome projette de tripler jusqu’à 300 000, le nombre de personnes déplacées internes qu’il soutient avec une assistance destinée à sauver des vies et composée de vivres et d’espèces.

« Nos pensées vont aux dernières victimes de cette cruauté insensée, dont la plupart sont des villageois qui ont dû fuir pour sauver leur vie, n’emportant pratiquement rien avec eux et ce, juste pendant la saison des récoltes. Notre opération de secours en cours dans l’Ituri, où nous assistons déjà 116 000 personnes déplacées par mois, signifie que nous sommes prêts et en mesure de l’intensifier rapidement », a déclaré Claude Jibidar, Représentant du WFP en RDC.

Le malheureux  événement du Sud-Kivu attire l’attention du Chef de l’Etat

Comme à l’Est le malheur est permanent, le chef de l’Etat a appris la nouvelle de l’incendie qui a ravagé, le 1er juillet, le quartier Nkafu dans la commune de Kadutu à Bukavu avec un bilan provisoire de 220 maisons consumées, 4 blessés graves et le décès de la petite fille Furaha Mugisho Nakalonge, âgée de 7 ans. Alors qu’en mai dernier, le quartier Chivera dans la même commune avait perdu 150 maisons suite une incendie.

En sa qualité de père de la nation, il a adressé un autre message aux compatriotes du Sud-Kivu.

« J’apprends l’incendie qui a ravagé un quartier de la commune de Kadutu. Je suis de tout cœur avec nos compatriotes qui ont perdu leurs biens. Je présente mes sincères condoléances à la famille endeuillée. J’ai contacté ce matin, le gouverneur du Sud Kivu afin de convenir des besoins d’urgence en nourritures, couvertures et bâches et afin qu’il me tienne informé de l’évolution de la situation », a déclaré le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :