L’Institut français de Kinshasa fait de la culture littéraire dans les milieux de la jeunesse une de ses priorités

L’Institut français de Kinshasa fait de la culture littéraire dans les milieux de la jeunesse une de ses priorités

 C’est dans le souci de renverser un vieux adage du continent qui dit qu’ : « En Afrique, lorsqu’un vieux meurt, c’est toute une bibliothèque qui

Rencontre de conteurs et griots au Festival de l’art de la parole
La pièce « On m’a donné du citron et j’en ai fait de la limonade » présentée au public avec admiration
La promotion du droit des femmes, une lutte de longue haleine pour l’ambassadrice de la Suisse
Prise des auteurs lors de la présentation

Prise des auteurs lors de la présentation

 C’est dans le souci de renverser un vieux adage du continent qui dit qu’ : « En Afrique, lorsqu’un vieux meurt, c’est toute une bibliothèque qui s’écroule », que l’Institut Français de Kinshasa (Halle de la Gombe) fait de la littérature dans les milieux de la jeunesse kinoise de son cheval de bataille toutes ces dernières années.

C’est dans cette perspective qu’il a été présenté au public le samedi 01 septembre 2018 dans la salle de lecture de la médiathèque Floribert Chebeya l’ouvrage : « Stimulant ».  Un recueil de poèmes écrit par trois jeunes en l’occurrence Youssef Brahn, Negue Fly Nsau et Sed Tembo. Ces derniers ont, dans ce recueil, abordé plusieurs textes ou thématiques notamment l’amour, la nature et la société.

Par ailleurs, ce recueil a le grand mérite puisque « ses différents récits déroutent  quelque peu parce qu’ils sont à la fois réalité et fiction, fiction réalité », a déclaré Sed Tembo avant d’ajouter que « ce sont des portraits ou des récits de vie ou de la société congolaise ».

Ces jeunes auteurs plus habitués aux scènes et ateliers organisés par l’Institut Français de Kinshasa ont enfin émis le souhait d’organiser une série d’activités dans les milieux éducatifs congolais notamment des écoles et universités de la place, ce vue de vulgariser cette œuvre littéraire.

Ces initiatives de l’institut d’inciter les jeunes à aimer la littérature ont été unanimement encouragées par les participants lors des échanges congolais, et l’État par le biais du ministère de la Culture, a été interpelé et invité à emboîter le pas à ce haut lieu de la culture afin d’encadrer ces talents et préparer la relève de tous les grands auteurs et écrivains congolais qui sont entrain de disparaître.

Junior Kitambala

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :