Les Matetois plaident une nouvelle prise en charge de la gestion de ramassage déchets

Les Matetois plaident une  nouvelle prise en charge  de la gestion de ramassage déchets

 Les matetois, appellation des habitants de la commune de Matete,  plaident pour une nouvelle prise en charge de  la gestion  de ramassage des déchets

Les inspecteurs du ministère d’Environnement et Développement durable outillés pour la collecte des données sur terrain
Des jésuites congolais invitent à la Sauvegarde de l’environnement, notre Maison commune
L’artiste-musicien Jean Goubald Kalala décroche une licence en philosophie

 Les matetois, appellation des habitants de la commune de Matete,  plaident pour une nouvelle prise en charge de  la gestion  de ramassage des déchets et des travaux d’assainissement de son environnement, car ils servent des dépotoirs  pirates (Pusupusu) pour l’évacuation des déchets.  Les dépotoirs de transit devraient être validés pour la conservation   des déchets  jusqu’aux dépotoirs autorisés afin de bannir la salubrité dans cette commune.

Anne Kaluma, matetoise du quartier Mongo et infirmière au centre médical de l’HOMECO, a recensé plus de cent  patients souffrant  de la malaria durant ces  quatre derniers mois. Elle  a constaté que la plupart de ces patients sont logés a proximité  des ordures non évacuées.

Charlotte Mapamboli, vendeuse au marche de Matete, explique qu’à l’époque la gestion de déchets des ordures se faisait au quotidien en accompagnement de service d’hygiène dans chaque parcelle et chaque famille s’impliquait avec sérieux de crainte de payer à une amende conséquente. Cette habitude  avait permis de garder la ville Kinshasa très propre, elle a confirmé la raison même de l’appellation « Kin la belle ».

Monique Kapinga, ingénieure en assainissement et environnement du service de Matete, explique que les personnels travaillent avec les moyens de bord , ce qui ne leur permet pas d’examiner les zones touchées et afin de remédier à cette situation. Elle a décrit ce phénomène  aux   services concernés pour une surveillance continue, l’assainissement et la conservation de la nature et attend une suite favorable de leur part.

Monique appelle les matetois à l’auto prise en charge  car ce phénomène n’affecte pas seulement la population concernée  mais si nous ne faisons rien, il deviendra un fléau du genre  de peste.

jaél Mutanga Kabeya(stagiaire).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :