Les Congolais unis autour de leur cardinal, le 5 octobre 2019 à Rome

Les Congolais unis autour de leur cardinal, le 5 octobre 2019 à Rome

La RD Congo s’est donnée une très belle affiche à la face du monde. En effet, les Congolais de toutes tendances politiques et de toutes religions se s

Pax Christi International sensibilise des jeunes de Sainte Catherine sur la non violence
Discours d’ouverture du Comité Permanent de la CENCO Session ordinaire du 27 février au 02 mars 2019
Saint-Siège : L’ex cardinal américain Theodore McCarrick renvoyé de l’état clérical pour abus sexuel

La RD Congo s’est donnée une très belle affiche à la face du monde. En effet, les Congolais de toutes tendances politiques et de toutes religions se sont retrouvés à Rome pour participer à la cérémonie de création des cardinaux parmi lesquels se trouvait le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa. C’est donc un moment  de fierté nationale et de joie pour les Congolais.

L’immense cortège des compatriotes qui a accompagné le nouveau cardinal au consistoire ordinaire public a vécu un moment de communion, de convivialité, de prière, de spiritualité, de joie et de solidarité. Dieu a fait grâce à la RD Congo d’avoir un quatrième cardinal, témoin de la compassion de Dieu pour son peuple.

Cardinal, du latin cardinalis, principal, est un haut dignitaire de l’Eglise catholique choisi par le pape et chargé de l’assister dans le gouvernement de l’Eglise. Il fait partie du Collège des cardinaux (anciennement appelé Sacré Collège, jusqu’en 1983). Il participe aussi à l’élection du pape. Il faut dire qu’historiquement, le soin d’élire le successeur de Pierre, évêque de Rome, revenait aux curés des principales paroisses de la ville éternelle, lieu du martyre de Pierre. Ces curés, « pivots » de la communauté étaient appelés les « cardinaux ». Aujourd’hui les cardinaux sont nommés par le pape au titre d’une paroisse de Rome. C’est une manière de souligner que le pape dirige l’Eglise universelle en tant qu’évêque de Rome, successeur de Pierre.

Un cardinal fêté par toute une nation, c’est vraiment l’Eglise au milieu du village ; « une Eglise qui crée la communion autour des valeurs ». A Rome, les Congolais ont été massivement représentés avec la présence du chef de l’Etat Félix Tshisekedi et son épouse, son directeur de cabinet, Vital Kamerhe et son épouse, la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda et son staff technique, le premier Vice-président du Sénat, Samy Badibanga, le Vice-premier ministre en charge de la justice, Tunda ya Kasende, les députés et sénateurs, les opposants parmi lesquels Martin Fayulu et son épouse, Jean-Pierre Bemba, Muzito, Moise Katumbi, les chefs des confessions religieuses, etc. C’est donc une belle carte postale, un moment de retrouvaille pour les Congolais.

La présence de nombreux évêques de la CENCO et notamment de son président, SE Marcel Utembi, est un signe que toute l’Eglise Famille de Dieu qui est en RD Congo a accueilli l’élévation du Vice-président de la CENCO avec joie, reconnaissance et fierté.

Le nouveau cardinal a reçu du Saint-Père, le pape François, la barrette cardinalice, l’anneau et une lettre de sa mission et de sa nomination dans une paroisse de Rome. La couleur rouge qu’il porte, montre bien qu’il est prêt au sacrifice de sa vie pour la cause de l’évangile.

A 59 ans, Son Eminence le cardinal Fridolin Ambongo, a désormais une lourde tâche, celle d’aider le pape à promouvoir l’évangélisation au niveau de l’Eglise universelle et de travailler pour le bien-être social et moral du peuple congolais. En plus d’être une voix forte dans la lutte pour la justice, l’égalité de droits et la dignité humaine, le cardinal devrait aussi être proche de ses fidèles et avoir de la compassion pour eux dans l’exercice de sa mission, telle est la vision du pape François.

Jean-Marie Bomengola

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :