Les cadres du ministère de la Poste en formation sur la fibre optique

Les cadres du ministère de la Poste en formation sur la fibre optique

La Société congolaise de la fibre optique (SOCOF), en partenariat avec la Société de technologie informatique de Tunisie (ST2I) a organisé un atel

Un réseau des journalistes pour le développement mis en place
Des femmes motivées et prêtes à conquérir leur électorat et à gagner les élections
25 ex-prisonniers mineurs bénéficient de l’encadrement de la CENCO pour leur réintégration sociale
Karim Feki

L’expert Karim Feki

La Société congolaise de la fibre optique (SOCOF), en partenariat avec la Société de technologie informatique de Tunisie (ST2I) a organisé un atelier de formation sur les renforcements des capacités de la fibre optique avec les cadres de ministère de la Poste et télécommunication, Nouvelle Technologie de l’Information et de la Communication (PT-NTIC) qui a débuté le 19 février et se clôture le 23 février 2018 au collège Boboto dans la commune de la Gombe, à Kinshasa.

Cette formation est financée par la Banque mondiale sur le thème : « Assurer le passage de la lumière de la fibre optique ». Elle a été supervisée par Karim Feki qui est expert des infrastructures de télécommunications.

En effet, la ST2I est une société de technologie informatique des consultants qui est en Tunisie avec des activités dans 14 pays d’Afrique. Elle est spécialisée sur la fibre optique et la SOCOF a voulu travailler en partenariat pour apprendre aux agents de l’Etat les nouvelles méthodes d’utilisation de la fibre optique.

Abordé par l’agence DIA, Karim Feki explique que « vu l’évolution de la vitesse de croisière du monde sur la technologie de fibre optique, la formation servira aux agents de l’Etat à modifier leur système de travail pour l’amélioration de l’usage de la fibre optique dans les différentes structures de l’Etat ».

Pour Camile Kangono, chef de division et inspecteur, « cet atelier de formation permet à développer notre style de travail sur la nouvelle utilisation de la fibre optique pour plus de connaissance dans notre domaine de travail. Cela va servir à former tout un réseau des différentes directions pour le développement du pays ».

Quant à Doudou Bigarura, chef de bureau à la taxation postale, « cette formation est très bénéfique et utile afin de maitriser des offres des marchés futurs pour le développement de la fibre optique en République Démocratique du Congo car ça contribuera à des changements de méthode de travail ».

Cet atelier de formation se clôture ce vendredi 23 février 2018 au collège Boboto.
Gladys Bundu et Laurianne Lolo Mpotambwa (stagiaires)

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :