Les acteurs politiques ne doivent plus se tromper de cible

Les acteurs politiques ne doivent plus se tromper de cible

Un des quotidiens kinois a publié le mardi 24 juillet 2018 la réflexion de Jean-Oscar Ngalamulume, présenté comme le porte-parole de l’opposition poli

Marche pacifique des chrétiens catholiques réprimée à Kisangani et Bukavu.
Processus électoral en RDC : Le CLC plus que jamais déterminé
L’enlèvement d’un prêtre n’offre aucune solution à la situation actuelle en RDC

Un des quotidiens kinois a publié le mardi 24 juillet 2018 la réflexion de Jean-Oscar Ngalamulume, présenté comme le porte-parole de l’opposition politique et ambassadeur de la paix. Dans ce texte intitulé «Elections en danger. Opposition Patriotique : Jean-Oscar Ngalamulume lance un appel aux Evêques », le porte-parole de l’opposition demande à la Conférence Episcopale Nationale du Congo, CENCO, d’initier une bonne rencontre entre les membres de la communauté nationale dans le but de trouver une meilleure voie à suivre pour une sortie de crise politique.

L’auteur de cette publication rejoint en fait d’autres voix qui avaient appelé les Evêques membres de la CENCO à organiser un troisième dialogue pour sortir le pays de la crise.

Ce qu’il faut dire aux acteurs politiques qui aiment bien ce pays c’est la pertinence de la pensée du Président angolais Joao Lourenço. Pour lui, « l’heure n’est plus à la négociation, mais à l’action ».

L’Accord politique du 31 décembre 2016, conclu sous la brillante et clairvoyante médiation de l’Episcopat congolais, reste encore d’application. L’Organisation des Nations Unies autant que l’Union africaine reconnaissent l’Accord de la Saint-Sylvestre comme l’unique feuille de route pour faire sortir le pays du gouffre actuel.

Plutôt que de chercher un autre dialogue, il est mieux de réclamer la mise en œuvre intégrale de l’Accord de la Saint-Sylvestre et établir les responsabilités sur le fait que son application soit biaisée.

Ce n’est pas l’Episcopat congolais qui fait des entorses à l’application intégrale de l’Accord ; ce n’est pas l’Episcopat qui refuse le retour au pays des cas emblématiques de l’opposition congolaise ou la libération de certains prisonniers politiques ; ce n’est pas l’Episcopat qui refuse de donner de l’espace à l’opposition dans les médias publics ; ce n’est pas l’Episcopat qui refuse à l’UDPS de changer son rapporteur à la CENI…

La cible est ailleurs. Cesser donc de tirer sur le pianiste.

La Rédaction                                                                

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :