L’Eglise catholique en RD Congo n’est pas une ONG

L’Eglise catholique en RD Congo n’est pas une ONG

Les déclarations diffusées par certains leaders politiques  du Front Commun pour le Congo (FCC) et leurs alliés dans la presse, qualifiant l’Eglise ca

Communiqué du Secrétariat Général de la CENCO sur la violation de domicile
Le personnel de la CENCO sensibilisé sur la fièvre hémorragique à virus Ebola
La paroisse Sacré Cœur communie avec le pape François sur la paix en RDC et au Sud-Soudan

Les déclarations diffusées par certains leaders politiques  du Front Commun pour le Congo (FCC) et leurs alliés dans la presse, qualifiant l’Eglise catholique d’Organisation Non Gouvernementale (ONG) sont une méconnaissance grave et intolérable du rôle de l’Eglise et de ses missions dans le monde.

L’annonce de l’évangile est à la base de la mission de l’Eglise. Celle-ci s’accompagne des œuvres qui prennent diverses formes. Malgré qu’elle fasse partie de la société civile, l’Eglise a ses missions propres qui ne peuvent aucunement se confondre avec celles des ONG qui sont des structures de bienfaisance humanitaire uniquement. L’Eglise travaille à la fois sur la vie présente et sur celle à venir.

En effet, l’acharnement autour de la question relative à la publication des résultats des scrutins combinés (provinciales, législatives et présidentielle) du 30 décembre 2018 en Rd Congo et la publication du rapport provisoire de la CENCO, donnent lieu à des échanges virulents et alimentent le débat sur la place publique. Il faut dire que tout cela reste incompréhensif si l’on ne se situe au cœur du problème, à savoir : « la recherche ou la préservation des intérêts indus au détriment du bien-être social du peuple congolais ».

Les élections sont un moyen d’expression pour le peuple. Il convient de respecter son vote.

L’Eglise, dans sa mission d’annoncer la bonne nouvelle du salut, se préoccupe de la dignité humaine et du bien-être de l’homme. C’est ce qui explique ses nombreuses exhortations en direction du monde politique et ses diverses interventions et messages dans la recherche de la paix et l’instauration de la justice.

L’implication de l’Eglise catholique en Rd Congo dans la recherche des solutions aux problèmes du pays, son accompagnement de la classe politique dans des moments les plus difficiles, témoignent de ce souci constant et permanent d’apporter sa contribution à l’amélioration des conditions de vie de la population et donc au développement du pays.

Pour ce qui est des élections, depuis 2006, « la CENCO s’est engagée dans l’ « observation citoyenne » des élections avec pour seul objectif de crédibiliser le processus électoral, de contribuer à la légitimation des institutions à mandat électif et à la stabilisation de notre pays ».

En tant qu’observateur, la CENCO a déployé 40. 000 observateurs de court terme pour suivre de très près le déroulement du scrutin et de faire parvenir les PV des bureaux à Justice et Paix/ Congo, organe de l’épiscopat qui travaille sur le dossier des élections. Dans ce contexte, le rapport préliminaire de Justice et Paix /CENCO, présenté le jeudi 03 janvier 2019, loin de donner une tendance susceptible d’irriter le FCC et ses alliés, contribue plutôt à éveiller l’attention sur l’issue du scrutin qui doit respecter la volonté exprimée par la population dans les urnes.

Dès lors, accuser l’Eglise de préparer un soulèvement populaire et la présenter comme une ONG qui s’immisce des problèmes qui ne la concernent pas, c’est ignorer son rôle et sa mission. Le rôle de l’Eglise vis-à-vis de la société est de participer à la construction d’une société juste, équitable, où la dignité de l’homme est reconnue et son bien-être social garanti.

En tant qu’acteur social, l’Eglise, par sa structure qui traite des questions électorales est bien située pour accompagner le peuple congolais dans la quête de son développement qui passe par l’élection des hommes et des femmes qui méritent sa confiance.

Jean-Marie Bomengola

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :