Le prix de la Femme de Paix remis à Stéphanie Boale en Belgique

Le prix de la Femme de Paix remis à Stéphanie Boale en Belgique

 Le jeudi 13 décembre 2018, au Sénat belge, Stéphanie Boale a reçu le Prix Femme de Paix pour le travail de Buku, plus particulièrement auprès de jeun

Crise actuelle en RDC : Les Chefs coutumiers veulent convoquer un dialogue ancestral
Malgré le déblocage de 226.350.750 FC à la commission Tripartite par l’Etat congolais, les ex-travailleurs de la Marsavco et 23 autres entreprises broient du noir
Le personnel de la CENCO sensibilisé sur la fièvre hémorragique à virus Ebola

 Le jeudi 13 décembre 2018, au Sénat belge, Stéphanie Boale a reçu le Prix Femme de Paix pour le travail de Buku, plus particulièrement auprès de jeunes filles à Mbandaka. Ce titre d’honneur est attribué en Belgique aux femmes qui appliquent la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies dans leurs activités.

Cette compatriote avec ses maigres moyens a réussi à installer l’Espace culturel « BUKU » (Livre) dans la ville de Mbandaka pour la promotion de la littérature en milieu scolaire, particulièrement auprès de jeunes filles. Peut-être que les autorités qui seront élues à l’issue des scrutins du 23 décembre 2018 lui apporteront leur soutien.

Stéphanie Manfroy Boale est de la 15ème promotion de l’Institut des Sciences et Techniques de l’information (ISTI), aujourd’hui IFASIC. Après ses études en journalisme, elle a préféré aller voir ce qui se passe sous d’autres cieux. Elle a finalement atterri à Bruxelles où elle vit maintenant.

Mariée et mère de jumeaux, Boale est écrivain et compte déjà trois publications dans sa gibecière, à savoir un roman « Le Testament d’une mère », « Ntoma » (ouvrage entièrement écrit en lingala) et un recueil des poèmes intitulé « Marcher sur vos traces ».

« Alors me voici, engagée,                                                                                                               A marcher sur vos traces ».

Ces deux passages sont écrits dans son recueil de poèmes. Peut-être que certaines jeunes filles congolaises s’engageront sur ces traces. La rédaction de Dia vous dit Bravo Stéphanie Boale, courage et bonne continuité.

Jean-René Bompolonga

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :