Le patron de Choc Stars, Ben Nyamabo, s’est éteint    

Le patron de Choc Stars, Ben Nyamabo, s’est éteint    

La grande famille de la musique congolaise est en deuil, elle vient de perdre, ce mercredi 4 décembre 2019 dans l’avant-midi,  l’un de ces figures de

Par l’Arrêté publié par le ministre de la Culture et des Arts, l’Etat Congolais au chevet de la SOCODA
Le Président Tshisekedi offre un véhicule à chaque Léopard basket-ball et promet un palais des sports à Kinshasa   
Soutenue par son père Verckys, sœurs et frères, Ancy Kiamuangana explosive sur scène au Palm Beach

La grande famille de la musique congolaise est en deuil, elle vient de perdre, ce mercredi 4 décembre 2019 dans l’avant-midi,  l’un de ces figures de proue en la personne de Mutombo Ben Nyamabo, hospitalisé à l’hôpital général de Kinshasa, ex-Maman Yemo, depuis deux semaines dans un état comateux. Annoncé par  le président de l’Union des musiciens congolais (Umuco), Kiamuangana Mateta Verckys, le corps de patron du groupe Choc Stars d’heureuse mémoire est conservé à la morgue, en attendant le programme qui sera établie conjointement entre sa famille biologique et l’Umuco.

Des affaires à la musique

Les vedettes qui avaient entourées Ben Nyamabo au sein de l’orchestre Choc Stars

Sorti du néant, Ben Nyamabo, de son vrai nom Benoit Nyamabo Mutombo, était un véritable inconnu de la musique congolaise. Propriétaire de la maison d’habillement Scarpa-Uomo, avec trois boutiques dans la capitale : à Matonge au croisement Kasa-vubu et Kanda-Kanda, à Kasa-vubu non loin de l’immeuble Vévé Center et à Gombe non loin de l’avenue du Commerce. On le surnommait « habilleur de boss », des artistes emportés par le courant de la sape. Ceux qui raffolent de griffes telles que JM Weston, Versace, JC Castel bajac, Enrico Coveri, M&F Girbaud, Kenzo, Tokyo Kumagai, Pierre Cardin, Yoshi Yama moto, Yves saint Laurent, etc. défilaient dans ces boutiques.

Avec son sourire légendaire, Ben Nyamabo n’était pas seulement un habilleur, mais aussi il avait une boîte de nuit « Onyx », au coin des avenues Gambela et Ikelemba dans la commune de Kasa-vubu et  un dépôt pharmaceutique sur l’avenue Bas-Congo à Gombe. C’est son frère Santa qui le gérait, comme l’autre frère Anthos gérait la boutique Scarpa Uomo de Matonge. « Madison Square » situé sur l’avenue de la Victoire dans la même commune était le siège où l’orchestre se produisait chaque week-end, au cas où il n’avait pas un contrat de production ailleurs.

De la notoriété au vedettariat

Le patron de l’orchestre Choc Stars, Ben Nyamabo, n’est plus

Emporté par la musique, on le voyait dans sillage de l’orchestre Langa Langa Stars de 7 patrons, crée en 1981, mais il prenait très rarement part aux prestations scéniques et discographiques. Les amis de Langa Langa Stars ne croyaient pas à son talent, ils le considéraient toujours dans la peau d’homme d’affaires. Il fournissait facilement à ses collègues musiciens des vêtements et chaussures de bonne qualité importés d’Italie qu’il vendait dans ses boutiques.

Grâce à son ami Djuna Djanana, l’une des vedettes de Langa-Langa Stars, que l’on ajoutera un 6ème micro à l’attaque chant  de l’orchestre cher à Evoloko. En 1982, il évoluera aux côtés des 7 patrons dont 5 chanteurs, Evoloko Jocker, Bozi Boziana, Djuna Djanana,  Espérant Djengaka et Dindo Yogo ainsi que 2 instrumentistes dont le guitariste solo Roxy Tshimpaka et le Bassiste Djomali Bolenge.

Les moyens suffisant qu’Il ait ne suffisaient pas pour sa notoriété, Ben misait le vedettariat dans la chanson. Et pour y arriver, il faut créer un orchestre en sélectionnant des meilleurs parmi les musiciens de la capitale. Il réussit à faire de son orchestre Choc Stars, un véritable choc des stars. Une constellation des vedettes très scintillantes issues des orchestres de Kinshasa.

Excellent carnet d’adresse

Choc stars qui a vu le jour en novembre 1983 avait reçu la bénédiction du patron de l’écurie Vévé, le PDG Kiamuangana mateta Verckys.  La bonne nouvelle pour lui, ce qu’il était encadré au début par trois vieux routiers de la musique. Au chant, il était accompagné de Bozi Boziana, à la guitare solo par Tshimpaka Roxy et à la guitare basse par Bolenge Boteke alias Djo Mali qui venaient de fausser compagnie à Evoloko Jocker, autoproclamé le seul patron de Langa Langa Stars.

Ben Nyamabo Mutombo

La rencontre de ces étoiles était un coup de maître. L’apport de Bozi Boziana au début avec ses chansons  « Sandu Koti », « Mokili ngonga », « Alena », « Mbuta Mutu », « Ndoki ya ndombe », soutenues par de cris d’animation  « Mama e mama deux à deux Ewawa. Chérie tozalaki ngai nayo Ewawa. Tomboka na yo silika », Na mbu, na nza, na ngi », a mis Choc Stars sur la même orbite que tous les orchestres créés avant lui. Ajouter à cela le chanteur Monza 1er qui arrivait de l’Europe avec la Chanson « Male », Lassa Carlyto avec sa voix limpide et mélancolique

A cette crème des vedettes viendront s’ajouter au chant Matumona Defao, un fin danseur fraîchement sorti de Grand Zaiko Wawa de Manwaku Waku, Dujuna Djanana Wampanga, l’un des sept patrons de Langa Langa Stars (juillet 1985), Debaba Dieka qui venait d’abandonner son Historia. La série se poursuivra avec Nzola Ndonga Grand Malwata venant de Victoria Eleison et Nzaya Nzayadio de Lipua-Lipua, Fifi Mofude, Gladia et Adoli et l’atalaku (animateur) Ditutala Kuama.

Du côté des instruments, le drummer Otis Koyongonda dit Moto na libandi, décédé en mai 2010 et transfuge d’Isifi Lokole, Viva la Musica puis Victoria Eleison, Ya Sedjo Ka (arrangeur et guitariste), SOS Matondo, Burkina Faso (1990) ( solistes), Carol Makamba (mi soliste), Wajerry Lema (bassiste suppléant) et tant d’autres.

Malgré le départ de Grand Père Benz Bozi en novembre1985 pour créer son propre groupe Anti Choc qui existe jusqu’aujourd’hui et de Monza 1er qui a créé Stars Magnant, Ben Nyamabo fut sorti tête haute grâce à son excellent carnet d’adresse en tant que patron de la maison Scarpa Uomo.

Avec cette pléthore de vedettes, Choc Stars avait le vent en poupe et il a réussi à mettre le difficile public kinois d’accord avec les chansons telles que Tshala de Bozi Boziana, Male de Monza 1er et la danse Roboti-Robota. La série se poursuivra avec Riana sous la signature de Ben Nyamabo, Jardin de mon cœur de Lassa Carlyto, Zikondo de Debaba, jusqu’en 1995, date à laquelle Choc Stars ne pouvait plus s’envoler. L’oiseau rare de la musique congolaise n’avait plus la vie jusqu’à ce jour où son géniteur est parti. Membre de l’Union des musiciens congolais (UMUCO, Ben Nyamabo était aussi administrateur à la Société congolaise des droits d’auteur et droits voisins (SOCODA). Paix à son âme!

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :