Le Pape François a célébré la première journée mondiale des pauvres

Le Pape François a célébré la première journée mondiale des pauvres

Le Pape François a célébré à travers une messe à la place Saint-Pierre de Rome, la première journée mondiale des pauvres, en présence de plusieurs pau

Un père de famille ne cesse jamais de l’être, de même un Pasteur pour son Église
Message « Urbi et Orbi » du pape François à l’occasion de la célébration de Noël 2017
La Rencontre Mondiale des Familles 2018 a été ouverte le mardi 21 août à Dublin

Le Pape François a célébré à travers une messe à la place Saint-Pierre de Rome, la première journée mondiale des pauvres, en présence de plusieurs pauvres venus de tous les coins du monde, le dimanche 19 novembre 2017.

Cette journée a été voulue et instituée par le pape lui-même l’an dernier lors de la clôture du jubilé de la miséricorde. Plus de 7000 pauvres étaient rassemblés dans la basilique romaine pour célébrer cette première journée, née justement de l’intuition du souverain pontife.

« Dans la faiblesse des pauvres, il y a une force salvatrice. Et si, aux yeux du monde, ils ont peu de valeur, ce sont eux qui nous ouvrent le chemin du ciel, ils sont nos passeports pour le paradis », a expliqué le pape dans l’homélie de cette messe où il avait voulu que les pauvres soient au centre.

Il a rappelé que « ce qui compte vraiment, c’est aimer Dieu et le prochain. Cela seulement dure, le reste passe », a-t-il ajouté avant de souligner le devoir évangélique de prendre soin des pauvres, « notre véritable richesse ». Il  faut le faire « non seulement en donnant le pain, mais aussi en rompant avec le pain de la parole, dont-ils sont les destinataires les plus naturels, a-t-insisté.

Pour matérialiser, quelques corbeilles de pains avaient été apportées à l’offertoire, que le pape a béni avant qu’ils soient distribués à 1500 convives dans la salle d’audience du Vatican, où des jolies tables rondes avaient remplacé les rangées de sièges.

En République Démocratique du Congo, cette journée ainsi instituée par le souverain pontife doit heurter la sensibilité tant de l’Eglise nationale que des autorités politico-administratives au regard du nombre croissant des pauvres. Le dernier rapport du Fonds Monétaire International sur l’état de l’économie congolaise faisait état que 8 habitants sur 10 vivaient sous le seuil de la pauvreté absolue.

Nous pensons que l’Eglise congolaise  s’emploiera dans les jours qui suivent à vulgariser le message du Saint-Père  pour une appropriation optimale dans ce pays où la fracture sociale est invraisemblable, dont une infime minorité des congolais vit dans une richesse scandaleuse et ostentatoire contrairement à la très grande majorité des congolais qui vit dans une pauvreté à la limite de la mort.

Junior Kitambala (stagiaire)

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :