Le M.Cocorico RDC dénonce la disparition de ses membres, témoins du meurtre de Rossy Mukendi

Le M.Cocorico RDC dénonce la disparition de ses membres, témoins du meurtre de Rossy Mukendi

Des menaces et diverses intimidations ont été dénoncées par le mouvement citoyen Cocorico RDC auquel appartenait Rossy Mukendi, abattu lors de la marc

Kinshasa: L’Administrateur gestionnaire de l’hôpital Vijana abattu par un policier à Lingwala
Kinshasa : Passée à tabac, une dame a rendu l’âme à Mombele
Kinshasa : Un policier a tué un voleur dans la commune de Kalamu

Des menaces et diverses intimidations ont été dénoncées par le mouvement citoyen Cocorico RDC auquel appartenait Rossy Mukendi, abattu lors de la marche du 25 février 2018. Ces menaces sont adressaient non seulement aux membres du mouvement témoins du meurtre mais aussi aux membres de la famille du défunt.

Le coordonnateur du mouvement Cocorico a dénoncé aux médias que des personnes s’identifiant comme membres des services de sécurité menacent à plusieurs reprises par des appels téléphoniques et SMS les proches de l’activiste Rossy Mukendi. A en croire, Plusieurs membres de cette structure sont même portés disparus.

« Depuis quelques jours, il y a des membres de MCocorico, les membres du collectif  2016 ainsi que des proches de Rossy qui sont menacés, notamment Yannick Tshimanga, Jojo Hery Fikili, Bajick Mpoyi et Templar Madianga, Michel Boleko Akataka.  Ces derniers ont été des proches de Rossy et témoins de son meurtre. Quelques jours après l’assassinat nous n’avons reçu aucune nouvelle d’eux, nous sommes arrivé à penser que ils ont déjà été réduits au silence », a indiqué M. Gloire Watshipa, coordonnateur de Cocorico.

Le Mouvement des activistes du Congo demande à la justice d’ouvrir incessamment une enquête pour retrouver leurs camarades disparues et au procureur général de la République de prendre des mesures idoines pour protéger la famille de Rossy et tous les autres témoins de son meurtre.

Watship a affirmé que cette situation relève de la compétence du procureur général de la République car il s’agit de mort d’homme dommage que leur espoir s’est envolé suite à la disparition de leurs confrères : «  Nous attendions le procès pour que ces amis puissent témoigner, mais jusqu’aujourd’hui on les a empêché de témoigner, Dieu seul sait par quel moyens. Nous appelons la justice de notre pays si elle existe à réagir face à cette situation », a-t-il déploré.

 Prisca Materanya

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :