Le dernier gouvernement de Kabila maintient un budget de pauvreté en 2019

Le dernier gouvernement de Kabila maintient un budget de pauvreté en 2019

Sans avoir froid aux yeux et après la présentation des programmes des candidats à l’élection présidentielle dont les budgets varient entre 80 à 140 mi

Progression du choléra dans le Haut Lomami et le Sud Kivu
Le choléra constitue un problème majeur en RDC
Le PNUD avec l’ISAM célèbrent la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté

Sans avoir froid aux yeux et après la présentation des programmes des candidats à l’élection présidentielle dont les budgets varient entre 80 à 140 milliards des dollars, le premier ministre Bruno Tshibala a déposé à l’Assemblée nationale, le mercredi 3 octobre 2018, un budget évalué à cinq milliards 935 millions des dollars américains pour l’année 2019.

Se basant sur le système mis en place par le président Mobutu consistant à faire main basse sur le revenu national, le régime Kabila poursuit avec la paupérisation de la population congolaise en maintenant ce budget de misère.

Bien des congolais se demandent pourquoi le maintien d’un tel budget alors qu’il y a l’embellie des cours des matières précieuses sur les marchés mondiaux, notamment le cuivre dont la tonne est évaluée à 8.000 dollars, le cobalt dont la RDC détient 60 % des réserves au monde, l’or, le coltan et bien d’autres minerais convoités et fort demandés.

La Rd Congo ne peut guère devenir un pays émergeant avec un tel budget, au contraire elle sera toujours à la traîne des autres. Le Peuple congolais veut sortir de la spirale de la pauvreté, mais le régime Kabila cherche à tout bloquer.

Cette situation n’échappe pas aux Evêques congolais et ils ne peuvent pas rester muets. A l’issue de la 55ème Assemblée plénière de la CENCO tenue en juin 2018,  dans le message intitulé « Sauvons le processus électoral », ils ont écrit : « Depuis plusieurs décennies, les différents systèmes de gouvernance qui se sont succédé ont mis le pays à genoux. Dès lors, la RD Congo a besoin de l’alternance, d’un nouveau leadership et d’une nouvelle classe politique qui placent les intérêts des Congolais au centre de toutes les préoccupations politiques. Pour y parvenir, il faut avoir aux commandes de l’Etat, des hommes et des femmes compétents et intègres qui aiment réellement le pays ».

C’est à cet objectif que la CENI travaille. Prions avec beaucoup de foi pour que le dernier budget de pauvreté du gouvernement de Bruno Tshibala ne soit pas celui qui sera appliqué en 2019.

La Rédaction

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :