Le Comité Laïc de Coordination exige à Kabila de déclarer publiquement qu’il ne sera pas candidat en 2018

Le Comité Laïc de Coordination exige à Kabila de déclarer publiquement qu’il ne sera pas candidat en 2018

Au cours d’une conférence de presse organisée, le samedi 02 novembre 2017 à la paroisse Sainte famille de Ndjili, le Comité Laïc de Coordination (CLC)

Des jeunes congolais ont été invités à une journée de prière et d’échange en vue du Synode d’octobre 2018
Communiqué du Secrétariat Général de la CENCO sur le bilan de la manifestation du dimanche 25 février 2018
La nouvelle Cathédrale Saints Pierre et Paul de Bansakusu a été inaugurée

Au cours d’une conférence de presse organisée, le samedi 02 novembre 2017 à la paroisse Sainte famille de Ndjili, le Comité Laïc de Coordination (CLC) a invité le président Kabila de faire, d’ici le 15 décembre 2017, « une déclaration publique qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession ». Cela contribuerait à atténuer la tension en cette période pré-électorale.

Les conférenciers

Les conférenciers

Par cette occasion, le Comité du CLC, constitué des professeurs Thierry Nlandu Mayamba, Isidore Ndaywel et Justin Okana, a adressé un message au peuple congolais intitulé : « Peuple congolais : prenons notre destin en mains », à travers lequel  il analyse le tableau sombre de la situation socio-politique de la RDC et fait remarquer que le « Congo, notre beau pays va mal. Notre rêve de bâtir au cœur de l’Afrique une démocratie respectueuse des hommes et des femmes de ce pays est devenu un cauchemar ».

Trois conférenciers ont présenté leurs communications au cours de cette rencontre. D’abord, le secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), l’Abbé Donatien Nshole,  a minutieusement  expliqué le sens des messages des évêques membres de la CENCO, sur la situation socio- politique que subit la RDC, partant du message du 23 juin à celui du 24 novembre 2017.

Ensuite, l’Abbé Jean-Marie Bomengola, secrétaire de la Commission épiscopale des communications sociales, CECOS, est  revenu sur le contenu et les opportunités qu’offre l’Accord politique global et inclusif signé le 31 décembre 2016 au Centre interdiocésain, communément appelé : l’Accord de la Saint Sylvestre ».

« Avec une dictature on ne négocie pas, on s’en débarrasse »

Le professeur Thierry NlanduMayamba, un des membres du CLC, et troisième conférencier a utilisé des paroles fortes pour  faire valoir le rejet de la cité. D’après l’orateur, la cité  est aujourd’hui, « désemparée, marginalisée par la classe politique actuelle, qui s’enrichit de manière insolente et avec arrogance »,  avant de réaffirmer la ferme volonté du CLC de soutenir le processus de mise en œuvre de l’Accord de Saint Sylvestre.

Dans cette perspective, le CLC exige à la suite des évêques membres de la CENCO, au président Kabila de choisir la voie de la raison en faisant, d’ici le 15 décembre 2017, « une déclaration publique qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession et la mise en application effective de toutes les mesures de décrispation de l’Accord de Saint Sylvestre ».

Inquiétudes et détermination des participants

les participants à la conférence

les participants à la conférence

Les participants ont exprimé  leur inquiétude vis-à-vis des forces de l’ordre lors de l’encadrement des dernières manifestations pacifiques et leur détermination d’en finir avec l’actuel régime. Ils ont en outre prié l’Eglise de s’engager pour des actions concrètes sur le terrain. Et le CLC a invité les chrétiens et les hommes de bonne volonté à rester attentifs aux événements d’ici le 31 décembre 2017.

Junior Kitambala (Stagiaire)

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :