Le Comité laïc de coordination appelle à une marche pacifique le 31 décembre 2017

Le Comité laïc de coordination appelle à une marche pacifique le 31 décembre 2017

Le Comité laïc de coordination (CLC) de l’Eglise Catholique du Congo a appelé à une marche pacifique pour libérer l’avenir du Congo, le dimanche 3

MISE AU POINT ET INDIGNATION DE LA CENCO RELATIVES A LA MARCHE DU 31 DECEMBRE 2017 ORGANISEE PAR LE COMITE LAÏC DE COORDINATION DE L’ARCHIDIOCESE DE KINSHASA
31 DECEMBRE 2017 : Un dimanche au gaz lacrymogène, fidèles molestés et prêtre brutalisé
Des chrétiens empêchés de prier le dimanche 31 décembre 2017
CLC

Les membres du Comité laïc de coordination

Le Comité laïc de coordination (CLC) de l’Eglise Catholique du Congo a appelé à une marche pacifique pour libérer l’avenir du Congo, le dimanche 31 décembre 2017. Cet appel a été lancé au cours d’une conférence de presse tenue dans la salle de conférence de la paroisse Saint Joseph de Matonge ce jeudi 21 décembre 2017.

Pour rappel, le 2 décembre de cette année, le comité laïc de coordination avait pris la communauté nationale et internationale à témoin, invitant les gouvernants à respecter les mesures de décrispation de la scène politique et surtout la confirmation de la volonté du Chef de l’Etat de ne pas briguer un troisième mandat comme l’exige la constitution pour rassurer l’opinion. « Cet appel est resté lettre morte. La volonté politique d’agir dans le sens de la paix, et du service à la communauté est totalement absente. La mauvaise foi de nos dirigeants est plus qu’évidente dans la gestion de l’alternance politique », a déploré le comité laïc.

C’est pourquoi et « aussi fidèles aux valeurs chrétiennes et aux idéaux pour lesquels les pères de l’indépendance  ont fait le sacrifice de leur vie, nous croyons que le temps est venu, sans haine ni rancœur, de donner à ces mêmes idéaux leurs formes concrètes par l’exigence de l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016, l’unique feuille de route, solidement fondée sur la constitution de la République », a déclaré le CLC.

Violation de l’Accord de la Saint Sylvestre et ré exploit de la marche du  16 février 1992

Comme les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo, le Comité laïc de coordination estime que, l’Accord de la Saint Sylvestre est, « violé chaque jour davantage ». Il a, entre autres, illustré  ce qu’il qualifie comme « l’imposition d’une loi électorale scélérate non fondée sur le consensus national, la non application des mesures de décrispation politique, la répression et interdiction des manifestations pacifiques à travers le pays, les libertés fondamentales qui continuent à être foulées au pied par un pouvoir prédateur et enfin, parce  que les richesses nationales, le sol et sous-sol, demeurent confisquées par une poignée d’individus qui ont privatisé l’ensemble des services de l’Etat ». Et face à cette situation sans précédente, le CLC appelle à l’unité, « comme le 16 février 1992, et unissons nos efforts ainsi que nos forces pour dire Non à cet esclavagisme imposé par l’oligarchie au pouvoir ».

C’est sur cette note négative que le Comité laïc de coordination a lancé un vibrant appel aux hommes et femmes de foi ; croyants en Dieu et chrétiens de toute sensibilité ; toute personne éprise de justice et de paix ; de toute condition et de toute génération ; engagée ou non dans l’activité politique et associative, de se lever et marcher ce 31 décembre, pour libérer l’avenir et faire de notre pays une terre de paix.

Les détails sur le point de rencontre et l’itinéraire n’ont pas été livrés et nous espérons que cette fois-ci, l’autorité compétente respectera bien, la liberté de manifestation reconnue aux congolais par la constitution.

Junior Kitambala (stagiaire)

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :