Le Cardinal Monsengwo condamne la profanation des lieux de culte

Le Cardinal Monsengwo condamne la profanation des lieux de culte

L’archevêque de Kinshasa, le Cardinal Laurent Mosengwo, n’est pas allé par  quatre chemins pour qualifier de « barbarie », les agissements de nos prét

31 DECEMBRE 2017 : Un dimanche au gaz lacrymogène, fidèles molestés et prêtre brutalisé
Des Coups de feu après la messe en mémoire des victimes du 31 décembre 2017 à la cathédrale Notre Dame du Congo
MISE AU POINT ET INDIGNATION DE LA CENCO RELATIVES A LA MARCHE DU 31 DECEMBRE 2017 ORGANISEE PAR LE COMITE LAÏC DE COORDINATION DE L’ARCHIDIOCESE DE KINSHASA

L’archevêque de Kinshasa, le Cardinal Laurent Mosengwo, n’est pas allé par  quatre chemins pour qualifier de « barbarie », les agissements de nos prétendus vaillants hommes en uniformes, lors de la marche pacifique du 31 décembre 2017.  C’est au cours d’une conférence de presse tenue à sa résidence du Centre Lindonge, dans la soirée du mardi 02 janvier 2018, que l’archevêque est revenu sur les incidents malheureux survenus lors de la marche pacifique et non violente organisée par le Comité laïc de coordination, dans le but de réclamer l’application réelle de l’Accord politique global et inclusif de la Saint-Sylvestre.

Cardinal Laurent Monsegwo

 le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya

Fidèle à ses idéaux et principes dont la franchise, l’archevêque n’a pas hésité de condamner et stigmatiser les antivaleurs dont ont été victimes les chrétiens notamment « le fait d’empêcher les fidèles chrétiens d’entrer dans les églises pour participer à la messe suivant l’ordre reçu d’une certaine hiérarchie militaire, le jet de gaz lacrymogène pendant la célébration eucharistique dans les différentes paroisses de Kinshasa, le vol d’argent, d’appareils téléphoniques, la poursuite, la fouille systématique des personnes et de leurs biens dans l’église et dans les rues, l’entrée des militaires dans les cures de quelques paroisses sous prétexte de rechercher les semeurs des troubles, les tueries, les tirs à balles réelles et à bout portant sur les des chrétiens tenant en mains bibles, chapelets, crucifix, et statues de la vierge Marie », s’est attristé Mosengwo, avant de demander aux uns et aux autres de « faire preuve de sagesse et de retenue. Il est temps que la vérité l’emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et règnent la paix, la justice en RD Congo », a-t-il insisté.

La liberté religieuse, chemin vers la paix

L’archevêque a fait recours aux écrits de l’ancien pape en l’occurrence du pape Bénoît XVI, pour faire comprendre la place qu’a la liberté religieuse au sein de l’église. « Comment-ferons nous confiance à des dirigeants incapables de protéger la population, de garantir la paix, la justice, l’amour du peuple ? Comment ferons-nous confiance à des dirigeants qui bafouent la liberté religieuse du peuple, liberté religieuse qui est le fondement de toutes les libertés »?

L’archevêque a enfin fustigé l’instrumentalisation de la liberté religieuse pour masquer les intérêts occultes par exemple l’accaparement des ressources, des richesses, le maintien au pouvoir par des méthodes anticonstitutionnelles, peut provoquer et provoque des dommages énormes aux sociétés, en l’occurrence la nôtre.

Junior Kitambala (stagiaire)

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :