Le 31 décembre déclaré « Journée des Martyrs de l’Accord de la Saint-Sylvestre »

Le 31 décembre déclaré « Journée des Martyrs de l’Accord de la Saint-Sylvestre »

Une messe a été dite ce vendredi 12 janvier 2018 par le Cardinal Monsengwo en mémoire des victimes de la répression violente de la  marche pacifiq

La CENCO invite le peuple congolais à demeurer debout et vigilant
Un père de famille ne cesse jamais de l’être, de même un Pasteur pour son Église
Le Cardinal Laurent Mosengwo : « Le dimanche des Rameaux, Jésus nous trace le chemin de la croix qui mène à la paix… »
Cathédrale

Une vue de l’assistance lors de la messe

Une messe a été dite ce vendredi 12 janvier 2018 par le Cardinal Monsengwo en mémoire des victimes de la répression violente de la  marche pacifique du 31 décembre 2017. Des fideles catholiques de l’archidiocèse de Kinshasa sont venus nombreux pour prier et recommander à Dieu les âmes des héros de la démocratie et de la liberté pour l’avènement de la paix et la justice en République Démocratique du Congo.

Dans son homélie plusieurs fois interrompue et  frénétiquement applaudie, Monseigneur Donatien Bafwidisoni, évêque auxiliaire de Kinshasa, a  évoqué le passage biblique tiré de l’Evangile selon Matthieu 10, 28 : «   Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne. ». Le prélat a salué la mémoire de ceux qu’il a qualifiés de « Héros de la démocratie », a réconforté les familles des victimes décédées pour une cause juste. Ils ont payé de leur vie pour le bien du peuple congolais. « Aujourd’hui nous pleurons mais demain nos larmes sécheront », a déclaré Mgr Donatien Bafwidisoni.

L’évêque  auxiliaire de Kinshasa, dans un style proche du Cardinal, a aussi encouragé ceux qui ont été traumatisés par ces tristes événements, leur disant de garder espoir et de ne pas se laisser intimider tout en fustigeant la nullité de ceux qui nient les évidences et refusent d’admettre la vérité( allusion faite aux 6 morts du 31 décembre 2017 que le gouvernement estime n’avoir aucun lien avec ladite marche).  Il a, par ailleurs, affirmé que dans l’histoire de la RDC, l’on retiendra la date du 31 décembre comme la « Journée des Martyrs de l’Accord de la Saint Sylvestre. » Pour nous qui croyons en Dieu, la vie n’est pas détruite mais elle est transformée. Car, même si la mort nous afflige,  la promesse de l’immortalité nous apporte la consolation, a-t-il fait mention.

Ils sont morts, a-t-il martelé à la suite du Cardinal, pour nous rappeler que : « Pacta sunt servanda », une locution latine pour dire que « Les conventions doivent être respectées »,  que les parties sont désormais liées au contrat qu’elles ont conclu et qu’à ce titre elles ne sauraient déroger aux obligations issues de cet accord.

Ils sont morts à cause de la boulimie du pouvoir, de l’égoïsme. Ces morts nous accusent tous de par leur innocence et la justesse de leur revendication. Ils sont victimes de notre complicité à laisser perdurer une situation anormale, a-t-il poursuivi.

Embrayant sur le caractère éphémère du pouvoir et des biens de ce monde, Mgr Donatien Bafwidisoni a relevé que « le pouvoir, l’or et l’argent ne peuvent procurer le bonheur que s’ils sont utilisés ou mis au service des autres, pour les autres et avec les autres. »

En outre, la parole a été aussi accordée lors de cette messe au secrétaire général de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, Cenco, l’Abbé Donatien Nshole qui a lu, sous les applaudissements et chants intermittents de nombreux fidèles , la déclaration des évêques congolais dénonçant les attaques contre l’Eglise catholique et sa hiérarchie.

A son tour, le professeur Thierry Landu, membre du Comité Laïc de Coordination qui avait initié la marche pacifique du 31 décembre 2017, a prononcé une oraison funèbre «  Ils sont morts, ils sont vivants ! » et a affirmé qu’ils continueront le combat sans baisser les bras pour honorer la mémoire de ces héros.

Toutefois, des coups de feu ont été tirés après cette messe à laquelle certains hommes politiques, particulièrement de l’opposition ont participé. Une personne a été blessée. Les forces de l’ordre ont également lancé des gaz lacrymogènes pour disperser les fidèles venus en grand nombre prendre part à la célébration eucharistique. Certaines personnes se sont réfugiées à la cure de la paroisse.

Onésime Mukandila

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :